Navigation – Plan du site
Textes

La reliure arabo-yéménite médiévale

Un projet d’étude
Arianna D’Ottone
Traduction de
Anne Regourd
Traduction(s) :
التجليد العربي اليمني في العصور الوسطى

Texte intégral

  • 1 Federici, La legatura, I, p. IX.

1En matière de reliure médiévale, « recherche historique et technologique » vont habituellement de pair1. Cette définition, qui donne une idée des développements codicologiques possibles sur la reliure, est au cœur d’un ambitieux projet de recensement de la reliure médiévale en Italie.

2Ce projet, sous la direction de l’Institut central de pathologie du livre (ICPL, Istituto Centrale di Patologia del Libro), à Rome, prévoit « le relevé des caractéristiques matérielles et bibliographiques des reliures médiévales conservées dans les bibliothèques italiennes, qu’elles soient publiques ou privées »2. Le fait que les caractéristiques observées soient au nombre de quelques-unes ne doit pas faire croire à une description sommaire : les deux volumes que constitue le protocole détaillé des relevés, adopté pour réaliser le recensement, prouvent le contraire.

3L’objectif du projet de recensement conduit par l’ICPL consiste à constituer des archives à partir des fiches et des reproductions photographiques de quelques 20 000 reliures, conservées dans 371 bibliothèques italiennes, et en particulier à la Bibliothèque apostolique du Vatican (BAV). Sur cet ensemble, plus de 14 000 sont déjà recensées.

  • 3 J’emploie l’expression « arabo-yéménite » pour désigner les manuscrits – et notamment ici les reliu (...)
  • 4 Cf. D’Ottone, I manoscritti arabi, p. 13, n. 9.

4L’intérêt qu’un tel projet revêt pour l’étude de la reliure arabo-yéménite3 devient évident dès que l’on se rapporte au nombre de manuscrits en provenance du Yémen dans les bibliothèques italiennes4.

  • 5 Pour une présentation d’ensemble et une bibliographie générale sur la reliure arabo-musulmane, se r (...)
  • 6 On trouvera quelques spécimens de reliure yéménite dans Bosch et al., Islamic Bindings ; Weisweler, (...)

5Parmi les études dédiées au manuscrit arabe, les recherches consacrées à la reliure et, singulièrement, à la reliure arabo-yéménite, sont toutes sauf abondantes5. Rarement reproduites dans les catalogues d’exposition6, elles n’ont fait l’objet d’aucun traitement d’ensemble.

  • 7 La reconstitution de l’usage de tel ou tel fer, sur des reliures variées, laisse aussi espérer l’id (...)

6Le recensement en cours sous la direction de l’ICPL offre donc la possibilité d’accéder à une quantité importante d’informations et de reproductions photographiques, qui sont nécessaires à l’étude systématique de la reliure des manuscrits arabo-yéménites d’époque médiévale7.

  • 8 Les fonds nous informent, par exemple, de l’utilisation de la soie, du lin, de la graisse (duhn, em (...)

7La finalité d’une recherche consacrée à cet aspect particulier du codex qu’est la reliure et, en l’occurrence de la reliure de facture arabo-yéménite, est plurielle. Il y a, d’une part, l’aspect strictement technique lié à la structure générale de la reliure et de ses éléments. Les premiers résultats de cette phase du travail, déjà réalisée par les experts de l’ICPL avec un relevé des dates, seront intégrés et confrontés aux informations disponibles dans les fonds arabes médiévaux, lorsqu’ils indiquent les matériels et techniques utilisées par les mujallidûn yéménites8.

  • 9 Cf. Dreibholz, Unusual and Not-So-Usual; D’Ottone, Some Remarks.
  • 10 On relève néanmoins l’utilisation de fers épigraphiés sur d’anciens exemplaires de reliures yéménit (...)

8Il y a, d’autre part, l’étude des décors susceptibles de caractériser la reliure de provenance yéménite. Quelques particularités de ces décors complexes apparaissant sur les reliures, ont déjà été mises en évidence9. Je me bornerai, pour ma part, à relever à titre d’exemple le répertoire particulier des fers épigraphiés apparaissant sur les reliures de manuscrits datés ou datables du 14e-15e s10. En voici quelques-uns :

  • « al-‘izz al-muqîm al-dâ’im » (« gloire éternelle et durable », fig. 1 et 3, marge externe) ;

    • 11 Cf. Dozy, Supplément, II, p. 328b.

    « li-mawlanâ al-maqarr11 al-‘alî » (« à notre Seigneur, sa sublime Excellence ») ;

  • « al-‘izz al-dâ’im li-Sâhibihi » (« gloire éternelle à son possesseur ») ;

  • « al-muqîm al-‘âlâ al-dâ’im » (« Celui qui perdure, le Très Haut, l’Eternel ») ;

  • « Allâh » (« Allah », fig. 3, marge interne).

9La consultation des dossiers photographiques qui sont partie intégrante des fiches de recensement de l’ICPL permettra d’étoffer cette liste et de réaliser ainsi un Répertoire spécifique des fers épigraphiés des reliures yéménites.

10De nombreux autres éléments décoratifs soit simples – sceaux à nœuds, éléments végétaux, … –, soit composés – médaillon central à thème floral, étoile, … –, seront identifiés, décrits, et enfin présentés comme la plus vaste production artistique yéménite d’époque médiévale.

  • 12 Seul l’examen d’un nombre important de reliure permettra d’établir la fréquence ou, tout au moins, (...)
  • 13 Cf. D’Ottone, I manoscritti arabi ; Guesdon, Dix-septs manuscrits, et de la même Manuscrits de prov (...)

11Etablir un répertoire des éléments décoratifs de ces reliures paraît utile pour définir une base qui, si elle n’est pas exhaustive, sera en tout cas plus large que celle en notre possession. Cela mettra aussi en lumière les caractéristiques principales de cette production afin de parvenir, à terme, à identifier une « production typique » de la région12. Ceci, compte tenu du fait que le Yémen a déjà révélé, d’un point de vue paléographique et codicologique, des traits originaux dans sa production manuscrite, comparé au reste des codex du Moyen-Orient13.

12Le projet commencera en 2008 et se propose d’examiner le plus grand nombre de reliures yéménites conservées sur le territoire italien, mais en étendant, le cas échéant, la recherche aux fonds des bibliothèques européennes ou yéménites où se trouvent conservés des manuscrits yéménites. Un premier bilan sera dressé début 2009.

Fig. 1. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. C 199ar, frottis.

Fig. 1. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. C 199ar, frottis.

Fig. 2. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. E 267ar, frottis.

Fig. 2. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. E 267ar, frottis.

Fig. 3. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. C 103ar, frottis.

Fig. 3. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. C 103ar, frottis.
Haut de page

Bibliographie

Arioli A. (ed.), Arabica 2007, Roma, Università degli Studi di Roma ‘La Sapienza’, Facoltà di Studi Orientali, 2007 (La Sapienza Orientale - Miscellanee).

Beit-Arié M., Hebrew Codicology: Tentative Typology of Technical Practices Employed in Hebrew Dated Medieval Manuscripts, Jerusalem, The Israel Academy of Sciences and Humanities, 1981 (I ed. Paris, CNRS, 1976).

Bosch G., Carswell J., Petherbridge G., Islamic Bindings and Bookmaking, A Catalogue of an Exhibition, The Oriental Institute-The University of Chicago (May 18-August 18), 1981.

D’Ottone A., I manoscritti arabi dello Yemen: una ricerca codicologica, Roma, Università degli Studi di Roma ‘La Sapienza’-Facoltà di Studi Orientali, 2006 (La Sapienza Orientale-Ricerche).

D’Ottone A., « Some Remarks on Yemeni Medieval Bookbindings », dans Arioli (éd.), voir sous cette entrée, p. 49-66.

Déroche F., Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2000.

Déroche F., Richard F. (éd..), Scribes et manuscrits du Moyen-Orient, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997.

Dozy R., Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, Brill, 1881, 2 vols.

Dreibholz U., « Some Aspects of Early Islamic Bookbindings from the Great Mosque of Sana’a, Yemen », dans Déroche-Richard, Scribes et manuscrits, voir sous cette entrée, p. 15-34.

Dreibholz U., « Unusual and Not-So-Usual Decorations on Yemeni Bindings », Manuscripta Orientalia 9, 4 (2003), p. 37-44.

Federici C., La legatura medievale, Milano, Istituto centrale per la patologia del libro-Editrice Bibliografica (Addenda: Studi sulla conoscenza, la conservazione e il restauro del materiale librario, 2), 1993, 2 vol. 

Gacek A., « Instructions on the Art of Bookbinding attributed to the Rasulid Ruler of Yemen al-Malik al-Muzaffar », dans Déroche-Richard, Scribes et manuscrits, voir sous cette entrée, p. 57-63.

Gacek A., The Arabic Manuscript Tradition: A Glossary of Technical Terms and Bibliography, Leiden, Brill, 2001 (Handbook of Oriental StudiesThe Near and Middle East, 58).

Gratzl E., Islamische Bucheinbände des 14. bis 19. Jarhunderts aus den Handschriften der Bayerischen Staatsbibliothek ausgewält und beschrieben, Leipzig, 1924.

Guesdon M.-G., « Dix-sept manuscrits arabes rassembés au Yémen et donnés à la Bibliothèque nationale de France par Pierre Bardey », Chroniques du manuscrits au Yémen 1 (2006), version en ligne : http://cmy.revues.org/183.

Guesdon M. G., « Manuscrits de provenance yéménite donnés à la Bibliothèque nationale par Pierre Bardey en 1930 », Chroniques yéménites 13 (2005), p. 59-72, version en ligne : http://cy.revues.org/1177.

Weisweler M., Der Islamische Bucheinband des Mittelalters, Wiesbaden 1962.

Haut de page

Notes

1 Federici, La legatura, I, p. IX.

2 Voir le site de l’ICPL : http://www.icpal.beniculturali.it/icpl.html.

3 J’emploie l’expression « arabo-yéménite » pour désigner les manuscrits – et notamment ici les reliures qui renferment ces manuscrits – produits au Yémen, en langue et écriture arabe, afin de les distinguer à la fois des manuscrits yéménites en langue et écriture hébraïquse et de la plus vaste production manuscrite arabe. Sur les manuscrits hébreux-yéménites, cf. Beit-Arié, Hebrew Codicology, avec bibliographie.

4 Cf. D’Ottone, I manoscritti arabi, p. 13, n. 9.

5 Pour une présentation d’ensemble et une bibliographie générale sur la reliure arabo-musulmane, se reporter à Déroche, Manuel, p. 274-326 ; Gacek, The Arabic Manuscript, p. 242-246. Sur la reliure arabo-yéménite ancienne, voir Dreibholz, Some Aspects, ainsi que Unusual and Not-So-Usual; Gacek, Instructions; D’Ottone, Some Remarks.

6 On trouvera quelques spécimens de reliure yéménite dans Bosch et al., Islamic Bindings ; Weisweler, Der Islamische Bucheinband ; Gratzl, Islamische Bucheinbände.

7 La reconstitution de l’usage de tel ou tel fer, sur des reliures variées, laisse aussi espérer l’identification de la production d’un atelier ou d’un relieur en particulier, cf. Dreibholz, Unusual and Not-So-Usual, p. 41.

8 Les fonds nous informent, par exemple, de l’utilisation de la soie, du lin, de la graisse (duhn, employée pour rendre la peau plus souple), etc., cf. D’Ottone, Some Remarks.

9 Cf. Dreibholz, Unusual and Not-So-Usual; D’Ottone, Some Remarks.

10 On relève néanmoins l’utilisation de fers épigraphiés sur d’anciens exemplaires de reliures yéménites remontant aux premiers siècles de l’Islam (iiie-ive s./ ixe-xe s.), cf. Dreibholz, Some Aspects, p. 28-31 + fig. 12-14.

11 Cf. Dozy, Supplément, II, p. 328b.

12 Seul l’examen d’un nombre important de reliure permettra d’établir la fréquence ou, tout au moins, les récurrences majeures de certains dessins. Alors, et seulement alors, on pourra commencer à définir ce qui est « fréquent », « non fréquent », et « moyennement fréquent » dans le champ de la reliure yéménite.

13 Cf. D’Ottone, I manoscritti arabi ; Guesdon, Dix-septs manuscrits, et de la même Manuscrits de provenance yéménite, p. 68-69.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. C 199ar, frottis.
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1850/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 2. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. E 267ar, frottis.
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1850/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3. Milan, Bibliothèque Ambrosiane, ms. C 103ar, frottis.
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1850/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arianna D’Ottone, « La reliure arabo-yéménite médiévale », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 09 décembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cmy.revues.org/1850 ; DOI : 10.4000/cmy.1850

Haut de page

Auteur

Arianna D’Ottone

Université de Rome « La Sapienza »

Haut de page

Droits d’auteur

Chroniques du manuscrit au Yémen

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org