Navigation – Plan du site
Actualités

Actualités, n° 7, décembre 2008

Anne Regourd et Éric Vallet

Plan

Haut de page

Nécrologie : Mort du Cadi Ismâ’îl b. ’Alî Husayn al‑Akwa’

Le cadi Ismâ’îl al‑Akwa’ est né le mercredi 1er mars 1920 à Dhamâr (Yémen) et est décédé dans la nuit du mardi 21 octobre 2008, à Sanaa. Il fait ses études à Dhamâr et à Ibb, auprès de savants renommés. Encore jeune, il s’engage dans l’opposition à l’imâm Yahyâ. Il est emprisonné deux fois, une fois par l’imâm Yahyâ lui‑même, la seconde par le fils de l’Imâm, Ahmad, qui lui succède en 1948. Relaxé au bout de trois ans, il se réfugie à Aden, puis, à partir de 1954, au Caire. C’est la Révolution du 26 septembre 1962 qui le ramène au Yémen. Cependant, la situation est si troublée qu’il préfère finalement se replier sur le Caire. Il n’est de retour qu’en 1968. On lui confie le poste de Ministre de l’information.
C’est alors qu’il suggère la création d’une institution vouée aux antiquités et aux bibliothèques, qui devient l’Organisme général des antiquités et des bibliothèques (al‑Hay’at al‑’amma li‑al‑âthâr wa‑dûr al‑kutub). Le Cadi en prend la direction dès l’origine, en 1969. Sous la juridiction de cette institution, figurent donc les villes historiques et les manuscrits. Il occupe ce poste jusqu’en 1990, soit durant 21 ans, ce qui fait de ses efforts pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine, en particulier manuscrit, une tâche centrale dans sa vie. Il se dote des moyens d’acquérir des manuscrits, dont ceux de bibliothèques privées, en ouvrant une ligne budgétaire et en montant un réseau d’observateurs, pour le compte des Antiquités, chargés de suivre les marchés de différentes villes du pays et d’appréhender les propriétaires tentés d’y vendre leurs biens. C’est lui qui engage le Cadi Muhammad al‑Tayr comme bibliothécaire de la Bibliothèque occidentale de la Grande mosquée de Sanaa. Ce dernier demeure à cette fonction jusqu’à son décès, survenu en 2000. Le Cadi Ismâ’îl met parallèlement en chantier le premier catalogue des manuscrits de la Bibliothèque occidentale, avec le soutien du Koweit, le Fihris Makhtûtât al‑Maktaba al‑gharbiyya bi‑al‑Jâmi‛ al‑kabîr bi‑San‘â’, réalisé par M. S. al‑Malîh & A. M. ‘Aysawî et publié à Alexandrie, s.d., avec une préface du Cadi Ismâ’îl al‑Akwa’. Il est aujourd’hui encore le catalogue cité en référence. C’est encore le Cadi Ismâ’îl qui est à l’origine de la création de la Maison des manuscrits, Dâr al‑makhtûtât, à Sanaa, juste à côté de la Grande mosquée, un lieu d’abord conçu pour la conservation et la restauration des manuscrits. Les fragments d’anciens corans sur parchemin, découverts dans la Grande mosquée, y ont été restaurés. Bref, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter la dispersion du patrimoine yéménite en dehors des frontières et, au centre de ce système, se trouve un comité d’experts pour l’évaluation des manuscrits en préalable à leur achat. Créé dans les années 60, l’Organisme général des antiquités et des bibliothèques finit par éclater en trois institutions distinctes : l’Organisme général des antiquités et des manuscrits (OGAM), l’Organisme général des villes historiques (connu sous le nom de GOPHCY), et l’Organisme général du livre et des bibliothèques du pays. Ce n’est que depuis un an environ que les manuscrits ont été désolidarisés des antiquités.

On trouvera une bibliographie des œuvres du cadi Ismâ’îl al‑Akwa’ dans : Le pèlerin des forteresses du savoir. Hommage au qâdî Ismâ’îl b. ’Alî al‑Akwa’ à l’occasion de son 85e anniversaire, CEFAS, 2006, 28‑31 (cf. CMY 3, Actualités).

Muhammad Jazim (CEFAS)
Version française, Anne Regourd

Paléographie, catalogage, numérisation, conservation

20‑27 juillet, mission André Le Prat, responsable de l’atelier de restauration du Musée du Louvre

André Le Prat, responsable de l’atelier de Restauration, Département des arts graphiques, musée du Louvre, a effectué une mission sur le Programme Zabid de sauvegarde des manuscrits des bibliothèques privées, pour le Département des arts de l’Islam (DAI) au sein du musée du Louvre. Anne Regourd, collaboratrice scientifique au DAI, a en effet parmi ses missions de développer des projets au Yémen.

Il s’agissait, en un premier temps, d’évaluer les besoins en termes de préservation/conservation des manuscrits des bibliothèques privées de la ville, puis de réfléchir à la future installation d’un atelier de restauration au sein du Centre des manuscrits de la ville, en cours d’aménagement, en articulant les deux étapes.

André Le Prat avait auparavant supervisé un projet de conservation de bibliothèques en conditions extrêmes, à Quito (Équateur).

Septembre, catalogage des parchemins et codex manuscrits de Dar al‑makhtutat (Sanaa)

Sous l’impulsion du nouveau chargé des manuscrits pour le Yémen (ministère de la Culture), Sam b. Yahya al‑Ahmar, a été entrepris le catalogage des parchemins et des codex manuscrits accessibles de la DaM. Cela concerne en tout premier lieu les codex catalogués par al‑Malih & ’Aysawi, Fihris makhtûtât al‑Maktaba al‑gharbiyya bi‑al‑jâmi’ al‑kabîr bi‑San’â’, Alexandrie, s.d., soit quelques 3 000 titres et 300 collections. On rappelle que, consultables à la DaM, mais jusque là conservés dans la Grande mosquée de Sanaa, ils se trouvent désormais à la DaM (cf. CMY 4, Actualités). Une réserve contenant quelques milliers de volumes, en grande partie acquis par la DaM ou saisis par la douane avant leur sortie illégale du territoire, demeure encore totalement inexplorée. Les parchemins sont catalogués par deux personnes. Quatre équipes constituées en tout d’une douzaine de personnes cataloguent, quant à elles, les codex. Le travail est divisé par tranches de 100 volumes/équipe. ’Abd al‑Malik al‑Maqhafi, ancien responsable de la DaM, ainsi que d’anciens employés de la maison, participent activement à cette opération. La fiche à remplir comprend deux pages, son format est donc largement supérieur à celui du catalogue d’al‑Malih & ’Aysawi. Le choix et la définition des rubriques ont été débattus et plusieurs modèles ont servi de référence, dont le Catalogue cumulé des bibliothèques de manuscrits de Zabid et la fiche de catalogage mise au point par l’UNESCO en format EAD (cf. CMY 3, Actualités). La fiche une fois complétée par les catalogueurs, est vérifiée de manière ultime par le Shaykh al‑Ushali et des clichés du codex sont pris par deux personnes, comprenant page de titre et colophon. En fin de course, trois personnes sont chargées de saisir informatiquement la fiche, livrée à l’état manuscrit. Ce chantier a pour principaux objectifs, d’une part, de permettre une évaluation plus précise du fonds et, d’autre part, de faciliter son accès aux chercheurs.

Septembre, parution du volume sur les papiers filigranés du fasc. 1/1 du Catalogue cumulé des bibliothèques de manuscrits de Zabid

Cet ouvrage voit le jour dans le cadre du Programme de sauvegarde des manuscrits des bibliothèques privées de Zabid (PZ, CEFAS). En effet, le PZ, programme pilote, a mis la description et l’étude des papiers des manuscrits et de la reliure au centre du catalogage. Anne Regourd, auteur de l’ouvrage et responsable scientifique du PZ, a signé la documentation sur les papiers et leur étude, en s’appuyant principalement sur les catalogues de papiers filigranés (collection « Monumenta Chartae Papyraceae Historiam Illustrantia » d’Hilversum, ou les publications de Nikolaev et Velkov & Andreev pour la Bulgarie). Pour effectuer les comparaisons, elle s’est servie des relevés à main levée sur calques réalisés sous sa supervision par ’Abd al‑Rahman al‑Ahmar, membre de l’équipe de Zabid (PZ). Les papiers filigranés ont été numérisés par Hélène C. David à l’aide d’un appareil à feuille souple de chez Stouls, qui permet de rétro‑éclairer les feuillets (cf. CMY 5, Actualités). Mme David a ensuite mis l’ensemble des clichés à l’échelle 1. Deux clichés sont donnés pour un même objet : un cliché tel que, puis le même cliché retravaillé de manière à mettre en évidence le motif. Cela a consisté, d’une part, à estomper la surface écrite, lorsqu’elle brouillait l’appréhension de l’objet, et, d’autre part, à retracer le contour du motif à l’aide d’un logiciel graphique. La méthode suivie, le type des appareils utilisés et les différents réglages sont précisés. Chaque fascicule du Catalogue cumulé des bibliothèques de manuscrits de Zabid s’accompagne d’un volume consacré aux papiers des manuscrits du même fascicule. La majorité des papiers du fascicule 1 sont filigranés.

Ce volume est publié sous l’égide du CEFAS et du Fonds social de Développement (Sanaa), qui ont soutenu l’un sa conception, l’autre sa fabrication.

Novembre, un financement TIMA pour le Programme de sauvegarde des manuscrits des bibliothèques privées de Zabid (PZ, CEFAS)

À la suite de la mission d’André Le Prat (voir plus haut), une demande de financement a été adressée à The Islamic Manuscripts Association (TIMA), une association internationale de sauvegarde des manuscrits islamiques, basée à Cambridge, GB (cf. CMY 2, Actualités et CMY 4, Actualités) par Anne Regourd, en tant que responsable du Programme de sauvegarde des manuscrits des bibliothèques privées de Zabid (PZ, CEFAS). Elle vise à couvrir les frais de réalisation de la première « enveloppe » chargée de protéger les manuscrits, soit une mission de formation à leur nettoyage, les instruments appropriés (brosses et aspirateur), enfin 250 boîtes dans lesquelles placer les manuscrits. TIMA a signifié son accord pour la totalité du montant demandé.

La seconde protection consistera en un meuble dont la conception est actuellement à l’étude par André Le rat et Anne Regourd.

Novembre, mission de prospection documentaire à Ta‘izz, Éric Vallet et Muhammad Jazim (PASYP, Ambassade de France au Yémen)

Dans le cadre du PASYP (Projet d’Appui à la Stratégie Yéménite pour le Patrimoine), financé par le ministère français des Affaires étrangères, et dirigé par Marylène Barret, Éric Vallet (Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne) et Muhammad Jazim (CEFAS) ont effectué un premier repérage des institutions détentrices de manuscrits et de documents d’archive dans la ville de Ta‘izz (bureau des waqf‑s, bureau du cadastre, musée national du palais ‘Urdî, fondation culturelle Hâ’il Sa‘îd). Le fonds de manuscrits acquis par la fondation Hâ’il Sa‘îd fait l’objet d’une description plus détaillée dans l’article rédigé par Anne Regourd joint au présent numéro. Le PASYP, projet financé sur un Fonds de solidarité prioritaire français (2008‑2010) et mené en étroite collaboration avec le ministère de la Culture yéménite, a pour objet de contribuer à la préservation et à la valorisation du patrimoine matériel et immatériel des gouvernorats de Ta‘izz et d’Aden. Cette première mission de prospection a permis de repérer un certain nombre de documents importants pour l’histoire de la ville de Ta‘izz et de sa région, en particulier dans le fonds des waqf‑s.

Décembre, mission Cédric Béal

Du 14 au 21 décembre, une formation aux techniques de production éditoriale a été dispensée par Cédric Béal, dans le cadre du Programme de sauvegarde des manuscrits de Zabid (CEFAS), sur fonds du Centre. Ce cours, initié par Anne Regourd et qui s’inscrit dans la continuité des précédentes formations de catalogage, numérisation et conservation de manuscrits, vise à parfaire l’autonomie de l’équipe de Zabid dans le domaine de la création de documents graphiques et la mise en page du Catalogue cumulé des bibliothèques de manuscrits de Zabid.

Plus précisément, ce programme axé « pré‑presse » s’est articulé autour de trois axes complémentaires :

  • la maîtrise des feuilles de style sous le logiciel de traitement de texte Word,

  • le traitement des images avec le logiciel Photoshop,

  • la création de maquettes et la réalisation de la mise en page d’un catalogue cumulé des bibliothèques de manuscrits de Zabid à l’aide du logiciel InDesign.

De la préparation des textes à la conception graphique, du traitement des fichiers à la production d’un document sécurisé prêt à être imprimé, la formation explicite les différentes étapes du processus d’élaboration et vise à faire acquérir un savoir de base nécessaire à la création d’un support de communication imprimé.

Éditions de textes

Septembre 2008, Muhammad Jâzim (éd.), Le livre des revenus du sultan rasûlide al‑Mu’ayyad Dâwûd/Irtifâ‘ al‑dawla al‑mu’ayyadiyya

Conservé en un manuscrit unique à la bibliothèque al‑Malik Fahd de Riyâd, Le livre des revenus du sultan rasûlide al‑Mu’ayyad Dâwûd, édité par Muhammad Jâzim (CEFAS) contient la description des revenus du sultanat rasûlide à la fin du viie/xiiie siècle, classés provinces par provinces. Outre la masse d’informations nouvelles qu’il apporte sur l’administration de l’État rasûlide, cet ouvrage composé vraisemblablement à l’usage du sultan contient un ensemble exceptionnel de 17 cartes, reproduites en fac‑similé et éditées avec soin par Muhammad Jâzim.

  • Pour une première analyse de certaines de ces cartes :
    Éric Vallet, « La vigne et le palmier. Identités provinciales et construction de l’État sous le sultanat rasûlide (viieixe/xiiiexve siècle) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 121‑122 (2008), p. 53‑67. http://remmm.revues.org/4763).

Décembre 2008, soutenance de la thèse de doctorat d’Audrey Peli (Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne)

La thèse, Monnaies, métal et pouvoir. Frappes et techniques monétaires au Yémen (iievie/viiiexiie siècles) défendue devant un jury composé de Paul Benoit (Université Paris 1, directeur de la thèse), Monik Kervran (CNRS), Cécile Morrisson (CNRS), Françoise Micheau (Université Paris 1) et Lutz Ilisch (Université de Tübingen), a obtenu la mention Très honorable avec les félicitations du jury. Dans ce travail très novateur, fondé sur une approche pluridisciplinaire, Audrey Peli a tenté d’aborder le phénomène monétaire dans une triple perspective d’histoire politique, économique et d’histoire des techniques, pour une période mal connue de l’histoire du Yémen, avant l’avènement des Ayyûbides. Son travail comprend notamment une nouvelle traduction française des principaux extraits techniques du Kitâb al‑jawharatayn al‑‘atîqatayn, traité sur l’or et l’argent du grand savant yéménite al‑Hamdânî (volume II de la thèse, p. 86‑123). Les passages choisis, concernant tous les techniques monétaires, sont traduits avec une grande précision et suivis d’un bref glossaire terminologique (p. 124‑126). Ce travail sur un texte difficile a été rendu possible par une confrontation rigoureuse entre texte et données archéologiques, tirées notamment de la fouille du site minier de Jabali (ancienne mine de Radrad, au nord‑est de Sanaa).

Nouvelles internationales

Novembre, Casa de Velázquez, colloque international « Documents et manuscrits arabes de l’Occident musulman médiéval »

Les 10‑12 novembre 2008, s’est tenu à la Casa de Velázquez, à Madrid, un colloque international intitulé « Documents et manuscrits arabes de l’Occident musulman médiéval ». Coordonné par Pascal Burési (CNRS) et María Jesứs Viguera Molins (Université Complutense de Madrid), il visait à dégager l’apport de sources longtemps ignorées à la reconstruction de l’histoire de l’Occident musulman médiéval, tels les documents de chancellerie, les textes juridiques ou les fragments coraniques, ainsi que des manuscrits inédits. Ce renouvellement du « matériel » de l’étude, au‑delà des chroniques historiques, a entraîné de nouvelles approches qui accroissent en particulier la connaissance de la société et du politique au travers du discours de construction du pouvoir sur la durée.

Novembre, appel à communication pour un colloque sur l’histoire de Ta‘izz coorganisé par l’Université de Ta‘izz et la Fondation culturelle Hâ’il Sa‘îd

Ce colloque intitulé « Ta‘izz au fil des époques » (Ta‘izz ‘alâ marr al‑‘usûr) se tiendra du 25 au 27 mai 2009. Les chercheurs souhaitant y participer sont invités à communiquer le titre de leur communication et un bref résumé avant le 25 décembre 2008, puis leur communication complète avant le 25 février 2009, l’ensemble des communications retenues étant appelées à constituer un livre qui sera remis aux participants du colloque. Pour tout renseignement, s’adresser au Dr ‘Abd al‑Hakîm Sayf al‑Dîn : hakimsaif@hotmail.com

Décembre, colloque sur La correspondance entre souverains, princes et cités‑États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (xiiie–début xvie siècle), Paris, École Pratique des Hautes Études

Cette rencontre internationale, coorganisée par Denise Aigle et Stéphane Péquignot a permis de croiser les approches de spécialistes de l’Orient et de l’Occident médiéval sur la question de la correspondance diplomatique princière. Le cas du Yémen rasûlide a été évoqué par Éric Vallet, en s’appuyant notamment sur le traité de chancellerie rédigé dans la seconde moitié du xiiie siècle par Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî (m. 699/1299), Al‑Burd al‑muwashshâ fî sinâ‘at al‑inshâ’ (éd. ‘Afaf Sayyid Sabrâ, Beyrouth, 1990), alors qu’il était au service du sultan al‑Muzaffar Yûsuf.

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org