Navigation – Plan du site
Textes

Al‑Burd al‑muwashshâ fî sinâ‘at al‑inshâ’de Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî (m. 699/1300)

Un manuel épistolaire de la période rasûlide
Éric Vallet

Texte intégral

  • 1 Nûr al‑ma‘ârif fî nuzum wa‑qawânîn wa‑a‘râf al‑Yaman fî al‑‘ahd al‑muzaffarî al‑wârif / Lumière de (...)
  • 2 Tâj al‑Dîn Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî, Al‑burd al‑muwashshâ fî sinâ‘at al‑inshâ’, éd. ‘Afâf Sayyid (...)
  • 3 Ibn Hajar al‑‘Asqalânî, Al‑durar al‑kâmina fî a‘yân al‑mi’a al‑thâmina, éd. Sâlim al‑Karnûkî, vol.  (...)
  • 4 La mention la plus tardive de son activité concerne les lettres (mukâtabât) qu’il envoya dans toute (...)
  • 5 Al‑Janadî, Al‑sulûk fî tabaqât al‑‘ulamâ’ wa‑l‑mulûk, éd. Muhammad al‑Akwa‘, San‘â’, Wizârat al‑i‘l (...)

1L’intense activité rédactionnelle des secrétaires de l’administration rasûlide (626‑858/1229‑1454) n’est plus aujourd’hui à démontrer. La publication récente en arabe du recueil des archives du sultan al‑Muzaffar Yûsuf (m. 695/1294), du Livre des revenus du sultan al‑Mu’ayyad Dâwûd (m. 720/1320) et de la traduction anglaise du traité administratif et fiscal d’al‑Sharîf al‑Husaynî (815/1412) l’a illustré de façon particulièrement éloquente1. Un ouvrage méconnu, intitulé Al‑Burd al‑muwashshâ fî sinâ‘at al‑inshâ’ (littéralement « Le manteau brodé concernant la rédaction de la correspondance épistolaire ») et rédigé au Yémen dans la seconde moitié du viie/xiiie siècle, doit être ajouté à cette riche production2. Son auteur, Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî, fut placé à la tête de la chancellerie rasûlide par le sultan al‑Muzaffar Yûsuf dès les années 660/1260, après avoir été formé à l’école de la chancellerie égyptienne où exerçait son père. Al‑Mawsilî fut chargé à ce titre de la rédaction de l’ensemble des lettres diplomatiques envoyées par le sultan du Yémen3, ainsi que de documents officiels de nature diverse jusqu’à sa mort en 699/13004. Ses talents littéraires furent appréciés au‑delà du cercle de l’administration sultanienne. De fait, Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî semble avoir surtout impressionné ses contemporains yéménites par ses compositions poétiques5.

2Édité en 1990 par une chercheuse égyptienne, Mme ‘Affâf Sayyid Sabrâ, Al‑Burd al‑muwashshâ fî sinâ‘at al‑inshâ’ est passé totalement inaperçu des spécialistes de l’histoire du Yémen médiéval. Dans sa préface, l’éditrice inscrit en effet l’ouvrage dans le cadre exclusif des chancelleries ayyûbides puis mamlûkes d’Égypte et de Syrie, dont al‑Mawsilî aurait, selon son analyse, codifié les pratiques épistolaires au cours de la seconde moitié du viie/xiiie siècle. À aucun moment, elle n’évoque l’influence du cadre rasûlide sur la forme et le contenu de l’ouvrage. Or, une lecture attentive du Burd montre qu’il porte de façon indubitable la marque du contexte yéménite et que Mme Sabra commet une erreur d’interprétation en ne faisant de l’État rasûlide qu’une pâle copie de ses puissants voisins ayyûbides puis mamlûks.

  • 6 Burd, p. 45.
  • 7 Burd, p. 73. Sur ces différentes catégories, voir É. Vallet, Pouvoir, commerce et marchands dans le (...)
  • 8 On relève en particulier un usage comparable des principaux titres appliqués aux plus hautes autori (...)
  • 9 Seuls deux manuscrits du Burd ont été repérés à ce jour. Le premier fut réalisé en 748/1348 (Le Cai (...)

3Certes Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî n’évoque pas dans son introduction les circonstances précises qui l’ont conduit à rédiger son traité épistolaire. Il se contente de rappeler l’importance de la charge de secrétaire de chancellerie au sein de l’État car « [son] calame est l’interprète de la langue des rois »6. La dynastie rasûlide n’est évoquée explicitement en aucun endroit de l’ouvrage. Mais plusieurs passages n’ont de sens que rédigés depuis le Yémen, ainsi lorsqu’al‑Mawsilî évoque la manière de s’adresser aux marchands, divisés en trois catégories (ceux qui viennent d’Égypte, ceux qui viennent de l’Inde, ceux qui viennent du Yémen), comme cela était habituel dans le port d’Aden au viie/xiiie siècle7. Si le Burd témoigne d’une terminologie commune avec les chancelleries ayyûbides puis mamlûkes8, il n’en représente pas moins une adaptation de leurs codes épistolaires au contexte spécifique du Yémen rasûlide. La version la plus ancienne de l’ouvrage connue à ce jour a d’ailleurs bel et bien été rédigée au Yémen9.

4L’ouvrage se présente comme un manuel épistolaire, divisé en dix chapitres, suivant l’ordre des parties composant une lettre, qu’elle soit de nature officielle ou privée :

  • chapitre 1 : désignation de l’expéditeur (tarjama) ;

  • ch. 2 : formules d’identification du destinataire, distinguées selon son rang (mukhâtabât) ;

  • ch. 3 : formules initiales (istiftâhât) ;

  • ch. 4 : règle d’usage des surnoms honorifiques (alqâb) ;

  • ch. 5 et 6 : formules propitiatoires et salutations inaugurales (du‘â’ et salâm) ;

  • ch. 7 : protocole final ;

  • ch. 8 : formules propitiatoires en fonction du statut du destinataire (ad‘iyyat al‑sudûr) ;

  • ch. 9 : propos et réponses adaptés à toutes les circonstances : fêtes, deuil, plainte, demande d’intercession, félicitations, etc. ;

  • ch. 10 : vers poétiques classés par registres d’emploi.

  • 10 Cf. des hiérarchies comparables dans les listes de distribution des présents sultaniens pour la fêt (...)

5Outre les éclaircissements que l’ouvrage apporte sur la rédaction des lettres sultaniennes – dont malheureusement très peu d’exemples concrets ont été conservés –, on retiendra surtout de cet ouvrage sa façon d’appréhender la hiérarchie des interlocuteurs, distingués selon leur statut et leurs fonctions. Les chapitres 2 et 8 sont particulièrement riches de ce point de vue, en abordant tour à tour la façon de s’adresser aux califes, aux rois, aux vizirs et aux juges, aux émirs, ashrâf et sâda – avec des allusions claires à la situation yéménite où les descendants du Prophète peuvent occuper aussi des fonctions de commandement (émirs des Banû Hamza) –, aux chefs de tribus et aux hommes de religion (shaykh, faqîh, sadr), aux gens de lettre (ahl al‑adab wa‑l‑shi‘r), aux dhimmis, aux chefs des artisans (arbâb al‑sinâ‘ât), marchands, gens de science (hukamâ’), astrologues et philosophes. On retrouve là une taxinomie socio‑politique courante dans le Yémen de la seconde moitié du viie/xiiie siècle, qui n’est pas sans rappeler celle que l’on peut observer dans certains documents des archives rasûlides10. En ce sens, le Burd nous renseigne non seulement sur les pratiques épistolaires de l’État, mais aussi sur la vision de la société et de sa structuration autour du pouvoir sultanien à l’œuvre au cours de cette période fondatrice pour le Yémen médiéval.

Haut de page

Notes

1 Nûr al‑ma‘ârif fî nuzum wa‑qawânîn wa‑a‘râf al‑Yaman fî al‑‘ahd al‑muzaffarî al‑wârif / Lumière de la connaissance. Règles, lois et coutume du Yémen sous le règne du sultan rasoulide al‑Muzaffar, éd. Muhammad Jâzim, San‘â’, CEFAS, 2003‑2005, 2 vol. (abrégé ci‑après Nûr al‑ma‘ârif) ; Anonyme, Irtifâ‘ al‑dawla al‑mu’ayyadiyya, éd. Muhammad Jâzim, San‘â’, CEFAS‑DAI, 2008 [voir M. Jâzim, « Al‑daftar al‑mu’ayyadî : un nouveau manuscrit administratif d’époque rasûlide (fin viie/xiiie siècle) », CMY 1, 2005] ; G. Rex Smith, A Medieval Administrative and Fiscal Treatise from the Yemen. The Rasulid Mulakhkhas al‑fitan of al‑Hasan b. ‘Alî al‑Husaynî, Oxford, Oxford University Press, 2007.

2 Tâj al‑Dîn Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî, Al‑burd al‑muwashshâ fî sinâ‘at al‑inshâ’, éd. ‘Afâf Sayyid Sabra, Beyrouth, Dâr al‑kutub al‑‘ilmiyya, 1990 (abrégé ci‑après Burd). Pour une étude détaillée de l’ouvrage, nous renvoyons à notre article « Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî et la correspondance des sultans rasûlides du Yémen (viieixe/xiiiexve siècle). L’invention d’une nouvelle norme ? », dans La correspondance entre souverains, princes et cités‑États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (xiiiexvie siècle), D. Aigle et S. Péquignot (dir.), Brepols, à paraître en 2010.

3 Ibn Hajar al‑‘Asqalânî, Al‑durar al‑kâmina fî a‘yân al‑mi’a al‑thâmina, éd. Sâlim al‑Karnûkî, vol. IV, p. 374, n° 1017.

4 La mention la plus tardive de son activité concerne les lettres (mukâtabât) qu’il envoya dans toutes les régions du royaume au moment de l’avènement du nouveau sultan al‑Mu’ayyad Dâwûd en muharram 696/novembre 1296 (Ibn ‘Abd al‑Majîd, Bahjat al‑zaman fî ta’rîkh al‑Yaman, éd. Abd Allâh al‑Hibshî/Muhammad Ahmad al‑Sanabânî, San‘â’, 1988, p. 177, repris par al‑Khazrajî, Al‑‘uqûd al‑lu’lu’iyya fî ta’rîkh al‑dawla al‑rasûliyya, éd. Bâ Sayûnî ‘Asil revue par Muhammad al‑Akwa‘, San‘â’, Markaz al‑dirasât wa‑l‑buhûth al‑yamaniyya, 1983, vol. I, p. 251.

5 Al‑Janadî, Al‑sulûk fî tabaqât al‑‘ulamâ’ wa‑l‑mulûk, éd. Muhammad al‑Akwa‘, San‘â’, Wizârat al‑i‘lâm wa‑l‑thaqâfa, 1989, vol. II, p. 566‑567.

6 Burd, p. 45.

7 Burd, p. 73. Sur ces différentes catégories, voir É. Vallet, Pouvoir, commerce et marchands dans le Yémen rasûlide (626‑858/1229‑1454), Thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne, 2006, I, p. 314‑316 (marchands du Yémen), p. 428‑436 (marchands du Kârim) et 493‑501 (nâkhudhâ de l’Inde).

8 On relève en particulier un usage comparable des principaux titres appliqués aux plus hautes autorités de l’État (al‑maqâm, al‑majlis). Cf. Burd, p. 54‑61 et Ibn Shîth, Kitâb ma‘âlim al‑kitâba wa‑maghânim al‑isâba, éd. Muhammad Husayn Shams al‑Dîn, Beyrouth, Dâr al‑kutub al‑‘ilmiyya, 1988, p. 59‑60.

9 Seuls deux manuscrits du Burd ont été repérés à ce jour. Le premier fut réalisé en 748/1348 (Le Caire, Dâr al‑Kutub 848 Adab) à partir de l’original conservé à Zabîd, d’après les indications du colophon. Il contient une lacune au début du second chapitre, présente dans l’original selon le copiste. L’autre copie du même ouvrage (Le Caire, Dâr al‑Kutub 188 Adab Tîmûr) a été effectuée en 898/1488, vraisemblablement par un copiste égyptien, qui a ajouté au Burd un développement comprenant des exemples de mukâtabât wa‑ad‘iyya misriyya. Cette copie de 898/1488 est en outre amputée de l’introduction et de la première partie (introduction du Burd, p. 12‑13).

10 Cf. des hiérarchies comparables dans les listes de distribution des présents sultaniens pour la fête du milieu de sha‘bân (Nûr al‑ma‘ârif, vol. II, p. 119‑136).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Vallet, « Al‑Burd al‑muwashshâ fî sinâ‘at al‑inshâ’de Mûsâ b. al‑Hasan al‑Mawsilî (m. 699/1300) », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 8 | 2009, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://cmy.revues.org/1884 ; DOI : 10.4000/cmy.1884

Haut de page

Auteur

Éric Vallet

Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Chroniques du manuscrit au Yémen

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org