Navigation – Plan du site
Textes

Les tables géographiques du manuscrit d’al‑Malik al‑Afḍal (1377)

Jean‑Charles Ducène
Traduction(s) :
الجداول الجغرافية في مخطوطة الملك الأفضل (1377)

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous voudrions exprimer ici nos plus vifs remerciements à Éric Vallet pour avoir attiré notre atten (...)

1Depuis quelques années, le monde savant qui travaille sur le Yémen médiéval a le plaisir et la surprise de voir apparaître des ouvrages qui éclairent d’un jour nouveau l’activité intellectuelle au Yémen à l’époque rasûlide. À côté d’ouvrages relatifs à l’administration au sens général, il y a ce compendium de traités scientifiques ou pratiques dont le facsimilé a été publié par Daniel Varisco et Gerald Rex Smith en 1998 sous le titre de The Manuscript of al‑Malik al‑Afḍal al‑‘Abbâs b. ‘Alî b. Dâ’ûd b. Yûsuf b. ‘Umar b. ‘Alî ibn Rasûl (d. 778/1377). A Medieval Arabic Anthology from the Yemen1.

2Il se compose de 271 folios écrits par un scribe professionnel, entre 1372 et 1376. David King a remarqué que dans le traité de la sphère et puis dans la table des longitudes solaires, les dates indiquées étaient 776/1374 et 777/1375 (King 1983, p. 37, note 59). Le manuscrit n'est pas folioté. La page de titre manque et il se termine de manière abrupte, sans que nous ayons de colophon.

3Il est l'œuvre d'un seul copiste, hormis une ou deux sections. Il est écrit à 45 ou 46 lignes à la page. Le traité qui nous concerne est écrit sous forme de tables, dans les cellules desquelles le copiste a resserré son écriture. On doit regretter que le format du facsimilé n’en facilite pas la lecture. En outre, l’encre a poché sur plusieurs pages ce qui en rend le déchiffrement impossible (voir ill.). On doit dès à présent noter que le tableau est par endroit lacunaire : certaines cellules sont restées vides, soit que le copiste n'a pas pu lire son exemplaire original ou que celui‑ci était aussi lacunaire.

4L'écriture a comme caractéristique de voir le râ' distingué du zâ' par un petit chevron. Le hamza n'est pas noté non plus. Les valeurs des coordonnées sont écrites en lettres, selon l’ordre de l’alphabet oriental. Remarquons que le jîm, dont la valeur numérique est 3, est écrit sans point et que sa queue est tronquée. Le ḥâ’ avec une queue arrondie est écrit dans la colonne des minutes pour indiquer que cette colonne est vide et que la valeur en degrés est ronde, sans fraction. Les marges montrent des annotations du sultan al‑Malik al‑Afḍal lui‑même. Malheureusement, la reproduction photographique a rogné certaines de ces gloses.

  • 2 King 1983, p. 37‑38, pour le détail des traités astronomiques compilés.

5Le manuscrit contient cent cinquante‑et‑un traités compilés pour le sultan, mais dont certains sont de sa composition. On y retrouve des ouvrages d'histoire, d'astronomie2, d'astrologie, de lexicologie, de médecine, de géographie ainsi que des opuscules concernant le protocole, l'agriculture et la généalogie. Il y a aussi des textes sur les revenus fiscaux, des tables mathématiques, et plusieurs extraits de zîj compilés par le souverain.

Les tables dans le manuscrit d’al‑Malik al‑Afḍal

6Ce manuscrit donne à connaître deux tables de géographie mathématique qui, à elles deux, concernent 515 lieux, ce qui les classe parmi les tables les plus exhaustives du monde musulman médiéval, avec celle d’al‑Kâshî (515 localités, voir Kennedy 1987b, p. 1‑15) et le Qânûn al‑mas‘ûdî d’al‑Bîrûnî (604 localités, voir Togan 1934). Nous avons ainsi pour chaque toponyme, sa longitude, sa latitude, le climat dans lequel il se trouve, sa région ou son pays au sens médiéval (Égypte, Andalus, etc.) et enfin une courte description (voir annexe 1). Il est à souligner que cette dernière caractéristique est remarquable car la majorité des tables médiévales se limite à donner les coordonnées géographiques de l’endroit sans le décrire, les exceptions étant al‑Bîrûnî et Abû al‑Fidâ.

7La première table couvre les pages 157 à 169 et la deuxième table va de la page 295 à 304.

  • 3 Cela n’est pas dit explicitement comme dans la table II, mais la comparaison avec les longitudes d’ (...)

8La table I commence ex abrupto et présente les coordonnées de 294 localités, réparties selon une division géographique qui ne semble pas raisonnée dès l'abord. Les grandes subdivisions sont : le Sind, l'Éthiopie, la Nubie, « Les roses et les blancs », la Transoxiane, le Khwârizm, le Khurâsân, le Zâbulistân et le Kâbulistân, le Kirmân, le Fârs, le Khûzistân, le Jibâl, le Ṭabaristân et le Mâzandârân, le Daylam et le Jîl, l'Arménie et l'Azerbaydjan, les Khazars et les Slaves, et finalement le Bilâd al‑Rûm. À l'intérieur de cette subdivision, l'énumération suit la progression croissante des longitudes, le méridien de référence étant celui des îles Éternelles3.

9Quant à la table II, elle débute par une courte introduction explicative et puis énumère 219 toponymes distribués selon les régions suivantes Arabie, Syrie, Iraq, Jazîra, Égypte, Maghreb, Andalus et Inde. Il y a cependant une subdivision selon la couleur : d'abord les bruns et noirs qui englobent l'Arabie et la Syrie, puis les roses et blancs pour le reste.

10Dans les deux tables, pour chaque région, les toponymes sont classés par longitude croissante. En outre, dans la table I, les longitudes sont comptées à partir du méridien des îles Éternelles sans que l'auteur ne s'en explique, caractéristique qui est explicitée dans l'introduction de la table II.

11Il ne fait pas de doute que les deux tables se complètent. On retrouve les mêmes critères des deux côtés (nom, longitude, latitude, climat, région et description), nous avons cette même subdivision selon « les couleurs » et on retrouve dans les deux cas ce choix particulier d'énumérer les toponymes suivant l'ordre croissant des longitudes. En outre, les tables ne sont pas redondantes l'une par rapport à l'autre mais s’assemblent parfaitement. La table I couvre une partie du Sind, de l'Afrique de l'Est, de l'Asie et finalement le Bilâd al‑Rûm, alors que la table II – qui est en fait la première partie – englobe le Proche‑Orient, l'Égypte et l'Occident du monde musulman. Logiquement d'un point de vue culturel – mais pas géographique – la table commençait par l'Arabie, avant de passer aux autres territoires du monde arabo‑musulman et au‑delà. Si ces tables sont séparées dans le manuscrit, il nous semble cependant que cette distance physique est un accident car les deux parties ne forment qu'une seule et même table qui a été séparée en deux et ensuite les deux parties recopiées séparément. Mais ce n'est pas tout, lors de cette copie, les deux parties ont été inversées.

La table du manuscrit Bnf Arabe 5968 (Dustûr al‑munajjimîn)

12Une comparaison avec les tables répertoriées (Kennedy 1987) montre que notre table « yéménite » est donnée partiellement par un autre ms, le manuscrit parisien BnF Arabe 5968, qui est un compendium de textes astronomiques et géographiques mathématiques intitulé Dustûr al‑munajjimîn. Le manuscrit est daté du xiiie siècle par Blochet, mais les Kennedy et Sezgin préfèrent le dater du xie siècle (Blochet 1925, p. 151 ; Sezgin 2005, VI, p. 63‑64 ; Sezgin 2007, p. 306‑309 ; Kennedy 1987, p. xix). La table en question se trouve aux ff. 65r­67v, elle commence par une introduction et donne 115 localités concernant l'Arabie, la Syrie, l'Iraq et l'Afrique du Nord. Il s’agit en fait d’une autre copie incomplète de la deuxième table du manuscrit yéménite.

13La comparaison montre en réalité que le manuscrit parisien fournit une recension plus satisfaisante du texte qui apparaît avoir été légèrement abrégé dans le manuscrit yéménite.

Introduction de la table selon le ms yéménite, p. 295 du facsimilé

Introduction de la table

selon le Bnf ar. 5968, f. 65r

« Au nom de Dieu le Compatissant, le
Miséricordieux, Louange à Dieu l'Unique,
que les prières soient sur notre seigneur
Muhammad. Ces tables comprennent les
longitudes des localités notoires [comptées]
depuis les îles éternelles et les latitudes
depuis l'équateur. Elles ont été classées (litt.
observées, rû’iya) selon un ordre croissant.
Lorsque les longitudes [de deux localités]
étaient égales, elles ont été classées par
latitudes croissantes, [la plus petite
l'emportant] sur la plus grande. [Ces valeurs]
ont été distribuées selon les différences de
langues et de couleurs [observées] parmi les
peuples conformément à la parole de Dieu
{la diversité de vos langues et de vos
couleurs} (XXX, 22). Nous avons tiré tout
cela d'un texte cohérent, nous sommes
pratiquement d'accord avec ce qu'a écrit
l'auteur de ces tables. Celui‑ci dit de lui-même
qu'il a pris soin de réunir [ces
données] et qu'il a compilé à cet effet des
ouvrages qui reprenaient des oeuvres
approximatives (takhâlîṭ) d'auteurs de zîj
dans lesquels ils se montraient tolérants et
négligeants, et où ils étaient confus à propos
de la situation des localités. Il a ainsi rendu
plus clair les intervalles et a également révélé
à ce propos les défauts des auteurs des K. almasâlik
wa‑al‑mamâlik, là où ils manquent de soin, font les ignorants ou le sont
réellement ! Et Allâh est plus savant pour

atteindre la vérité ! »

« Cinquième partie: Table des longitudes des
villes notoires, [comptées] depuis les îles
Éternelles, et de leurs latitudes, [comptées]
depuis l'équateur, dans la direction
septentrionale. Elles ont été classées selon un
ordre croissant. Lorsque les longitudes de
deux localités étaient égales, la plus petite
latitude a été présentée avant la plus grande.
Nous avons examiné la correction de la table
et nous avons séparé les lignes pour chaque
région. Le principe de base (al‑‘umda) dans la
vérification [des coordonnées] de ces
localités provient de la représentation de la
longitude et de la latitude (ṣûrat al‑ṭûl waal‑‘arḍ). Il n'y a rien là d'approximatif pour
ces localités. Quant aux distances et aux
étapes, nous sommes parvenus à les établir
avec sûreté grâce heureusement aux
informations qui nous sont parvenues. Nous
avons expliqué quel est ce principe de base
(al‑‘umda) dans un ouvrage spécifique, rédigé
à cet effet. Nous avons réuni des oeuvres
approximatives d'auteurs de zîj dans lesquels
ils se montraient tolérants et négligents, et où
ils étaient confus à propos de la situation des
localités qu'ils plaçaient dans leur table. Nous
y avons clairement montré les intervalles et
nous avons également révélé à ce propos les
défauts des auteurs des K. al‑masâlik wa‑almamâlik,
là où ils manquent de soin, font les ignorants ou le sont réellement ! Nous avons
séparé les formes (ashkâl) des pays et leurs
positions les uns par rapport aux autres dans
des pages que nous avons spécifiquement
écrites. Ces explications nous dispensent de
les répéter ici. Nous avons abrégé les chiffes
de la table et les notules à propos de la
situation et des caractéristiques des localités.
Nous renvoyons celui qui veut des
éclaircissements à ce que nous en avons déjà
présenté. Nous avons partagé ces chapitres
selon les différences de langues et de couleurs
[observées] parmi les peuples conformément
à la parole de Dieu {la diversité de vos
langues et de vos couleurs} (XXX, 22). »

14Il est évident que le texte du manuscrit yéménite a été réduit lors de sa copie, c’est d’ailleurs l’abréviateur qui s’exprime lorsqu’il écrit : « Nous avons tiré tout cela d'un texte cohérent, nous sommes pratiquement d'accord avec ce qu'a écrit l'auteur de ces tables. » La comparaison des notices géographiques dans les deux mss montre aussi que le texte de Paris livre parfois des notules plus complètes ou des lectures plus satisfaisantes.

15L’introduction du manuscrit de Paris a aussi le mérite de nous éclairer sur la nature de la table qui est en réalité une compilation à partir de tables astronomiques, les zîj‑s, et d’ouvrages de géographie descriptive classiques. Il est aussi remarquable que l’auteur ait voulu vérifier et contrôler les coordonnées à partir d’un procédé spécifique, qu’il appelle ici le principe de base (al‑‘umda) sans le détailler, renvoyant à un autre ouvrage. Il indique simplement que cette méthode reposait sur « la représentation de la longitude et de la latitude », ce qui laisse penser à un procédé de trigonométrie sphérique probablement appliqué sur une carte dotée d’un graticule.

Les sources

  • 4 On situe la composition de l’ouvrage au xiie ou au xiiie siècle.

16Si une partie des coordonnées est originale, leur étude permet néanmoins d’identifier plusieurs sources. Il est certain que le Qânûn al‑mas‘ûdî d’al‑Bîrûnî a été démarqué car on retrouve dans les deux ouvrages pour certaines localités les mêmes coordonnées et les mêmes courtes notices descriptives. Les latitudes sont identiques alors que les longitudes ont été converties puisqu’al‑Bîrûnî utilise le méridien passant la côte africaine, situé arbitrairement dix degrés à l’est de celui des îles Éternelles. L’énigmatique Kitâb al‑awâl wa‑al‑‘urûli‑al­Furs4, cité par Abû al‑Fidâ pour 452 localités, a également été mis à contribution (Sprenger 1864, p. xxiv ; Reinaud 1848, p. lxxxixxc ; Sezgin 2007, p. 369‑375 ; Sezgin 2005, p. 173­174 ; Kennedy 1987a, p. xvii). Ici aussi, les longitudes ont été revues. De manière ponctuelle, on retrouve des coordonnées identiques à celles de nos tables chez Ulugh Beg et dans le ‘‘în‑i Akbarî d’Abû al‑Faḍl al‑‘Allâmî, ce qui dénote simplement l’utilisation de sources communes.

17Nous avons cependant pour une série de villes des coordonnées tout à fait originales et pour un petit nombre de lieux, nous en avons pour la première fois. C’est le cas pour Dawmat al‑Jandal et Sanam au Ḥijâz, Khanûqa en Iraq, mais aussi Van et Ani en Arménie et même de Kiev en Ukraine !

18Quant aux notices descriptives, nous avons déjà souligné que quelques‑unes proviennent d’al‑Bîrûnî ; plusieurs ont été empruntées à Ibn Ḫurrad āḏ beh, qui est d’ailleurs le seul auteur a être nominalement cité, pour Mīlān (?) en Chine. La majorité d’entre elles sont en fait reprises à Ibn Ḥawqal.

19Cependant, bien que cela soit une compilation, on peut y glaner des informations inconnues comme le nombre de mosquées de Ghazza, la présence d'un masjid à Dahlak, le nom du souverain des Zaghâwa. Cette originalité des notices est particulièrement frappante pour les localités situées au nord du domaine iranien, du Badakhshân et de l'Afghanistan septentrional (Karrân, Barwân/Parwân, Lajrâb) jusqu'au sud de la mer Caspienne (al‑Ṭarum, Kûtam, Qurûshum). Nous avons en effet là des notices, selon nous, uniques dans la littérature géographique arabe.

La matière géographique

20Pour ce qui est du fond de la matière géographique livrée par les notices, on constate qu'elle est très répétitive et touche d'abord à la situation géographique générale ainsi qu'à l'aspect économique global. C'est le contraste pauvreté versus prospérité qui est mis en avant. L'état florissant est souvent mis en rapport avec la situation naturelle (présence d'eau, d'arbres) ou le climat. De manière moins récurrente, l'auteur mentionne les exportations, surtout si elles portent un nom dérivé de la localité. De toute manière, lorsque la comparaison est possible avec la source d'où le texte provient, on se rend compte qu'il s'agit avant tout d'une réduction du texte original sans actualisation.

Origine de la table

21Si la table a été conservée au Yémen, celui‑ci n’y reçoit cependant pas de traitement particulier, 23 de ses localités sont situées et décrites, mais ces descriptions restent générales et ne montrent pas un intérêt spécifique. En revanche, on peut constater que 38 % des lieux localisés appartiennent aux régions iraniennes, que c’est d’ailleurs pour ces régions que certaines notices descriptives sont originales. En outre, nous avons notamment les situations de localités arméniennes dont Van et Ani, voisines de l’Iran. Chronologiquement, nous nous situons entre la rédaction du Kitâb al‑aṭwâl wa‑al‑‘urûḍ li‑al‑Furs (XIIe siècle) et 1376. D’une manière plus fine, on a vu qu’Ani était décrite ; or, cette ville cesse d’être habitée dans la premier quart du xive siècle et, par ailleurs, à la notice de Rayy, nous avons la mention – si notre lecture est bonne – de la ville de Téhéran ; or, cette dernière apparaît d’abord chez Yâqût. À titre d’hypothèse, nous situons donc la rédaction de cette table en Iran, entre le début du xiiie siècle et la première moitié du xive siècle. Il nous semble que tout ceci indique comme milieu d'origine pour sa compilation les astronomes mathématiciens de l'entourage de Na îr al‑Dîn al‑Tûsî à Marâgeh, dans la deuxième moitié du xiiie siècle. L’observatoire, qui y avait été installé par les Mongols en 657/1259, est resté en activité jusqu’en 715/1316 (EI², s. “Marṣad” (J. Samsó); Sezgin 2005, I., p. 174‑177 ; Sezgin 2007, p. 382‑384). Et outre al­‑Tûsî, des savants comme Mu'ayyid al‑‘Urdî (m. 666/1266), Muḥyî al‑Dîn al‑Maghribî (m. entre 680/1281 et 690/1281) et Quṭb al‑Dîn al‑Shîrâzî (m. 710/1311) y ont travaillé et certains ont touché à la géographie mathématique.

Conclusion

  • 5 Bâ Makhrama donne la date de 552/1157 comme date de naissance, ce qui confère à l’individu une long (...)

22Finalement, cette étude ne fait pas de ces tables un produit de la science yéménite à l'époque rasûlide mais indique la curiosité que ses souverains avaient développée pour les réalisations scientifiques de leur temps. En outre, elles illustrent la vitalité de la géographie mathématique dans l’Iran ilkhanide, notamment par le souci que l’auteur a eu de vouloir vérifier par une méthode, qu’il n’explicite malheureusement pas ici, la justesse des coordonnées. L’analyse a néanmoins révélé que pour un grand nombre de lieux, c’était la compilation qui avait d’abord présidé à la fixation de leurs coordonnées, les longitudes étant simplement converties. La vérification d’une centaine d’entre elles nous a montré que les latitudes des localités iraniennes étaient généralement justes à 30 minutes près mais, en s’éloignant vers les régions limitrophes, les écarts ont tendance à augmenter. En revanche, la comparaison répétée entre les différences de longitude de deux lieux selon ces tables et les valeurs modernes témoigne d’une bien plus grande approximation. Si notre identification du milieu iranien d'origine de ces tables est exacte, on pourrait faire l'hypothèse d'une transition par Damas et le Caire avec l'arrivée de cette table au Yémen. Cependant, une provenance iranienne directe n'est pas à exclure car les relations du Yémen avec l'Iran n'étaient pas interrompues. Nous en voulons pour preuve la carrière d'Abû Ṭâhir al‑Zakî al‑Baylaqânî (ca 582/1186 – 679/1280)5. Originaire de Baylaqân en Azerbaïdjan, il étudia auprès de Fakhr al‑Dîn al‑Râzî avant de voyager et de passer par Aden, La Mekke et Alexandrie. Il revint finalement enseigner à Aden sous le sultan al‑Muẓaffar. Il était notamment versé en logique et en mathématique.

Haut de page

Bibliographie

Bâ MAKHRAMA, Ta’rîkh : Ta’rîkh thaghr ‘Adan, éd. O. Löfgren, in Arabische Texte zur Kenntnis der Stadt Aden im Mittelalter, I‑II, Leyde, Brill, 1936‑1950 (réimpr. Le Caire, 1991).

BLOCHET, E., 1925 : Catalogue des manuscrits arabes des nouvelles acquisitions, Paris, 1925.

AL‑JANADI, Sulûk : Al‑sulûk fî ṭabaqât al‑‘ulamâ’ wa‑al‑mulûk, éd. M. al‑Akwa‘, Sanaa, Wizârat al‑i‘lâm wa‑al‑thaqâfa, 1989, vol. II.

KENNEDY, E. S. et M. H., 1987a : Geographical Coordinates of localities from Islamic Sources, Frankfurt‑am‑Main.

KENNEDY, E. S. et M. H, 1987b :» Al‑Kāšī's Geographical Table », Transactions of the American Philosophical Society, 77/7, p. 1‑15.

KING, D., 1983 : Mathematical Astronomy in Medieval Yemen A Biobliographical Survey.

MALIBU. Reinaud, J.‑T., 1848 : Géographie d'Aboulféda, Paris.

SPRENGER, A., 1864 : Die Post‑ und Reiserouten, Leipzig.

SEZGIN F., 2005 : Mathematical Geography and Cartography in Islam. Historical Presentation, Frankfurt am Main.

SEZGIN, F., 2007 : Mathematische Geographie und Kartographie im Islam und ihr Fortleben im Abendland. Autoren, Frankfurt am Main (G.A.S. XIII).

VARISCO, D. et Smith, G. R. 1998 : (eds), The Manuscript of al‑Malik al‑Afdal al‑‘Abbâs b. ‘Alî b. Dâ’ûd b. Yûsuf b. ‘Umar b. ‘Alî ibn Rasûl (d. 778/1377). A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, Londres.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Début du tableau, page 295 du facsimilé

Annexe 1 : Début du tableau, page 295 du facsimilé
Haut de page

Notes

1 Nous voudrions exprimer ici nos plus vifs remerciements à Éric Vallet pour avoir attiré notre attention sur l’existence de cet ouvrage dans le cadre du séminaire de l’ANR MEDIAN « Les mondes de l’océan Indien ». L’édition de ces tables fut l’objet de la dissertation originale de notre H.D.R et leur publication est en préparation.

2 King 1983, p. 37‑38, pour le détail des traités astronomiques compilés.

3 Cela n’est pas dit explicitement comme dans la table II, mais la comparaison avec les longitudes d’autres tables comptées à partir du méridien passant par la côte orientale de l’Afrique montre une différence de 10°, écart traditionnel entre les deux méridiens, v. Togan 1934, p. 9.

4 On situe la composition de l’ouvrage au xiie ou au xiiie siècle.

5 Bâ Makhrama donne la date de 552/1157 comme date de naissance, ce qui confère à l’individu une longévité suspecte ; nous suivons ici les indications d’al‑Janadî, plus vraisemblables, reprises par Abû Muḥammad ‘Abd Allâh Bâ Makhrama mais avec des divergences de détails, les dates étant 582–676, v. Bâ Makhrama, Ta’rîkh, p. 80‑83 ; al‑Janadî, Sulûk, p. 340‑342. Nous remercions Éric Vallet pour cette suggestion.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Annexe 1 : Début du tableau, page 295 du facsimilé
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1906/img-2.png
Fichier image/png, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean‑Charles Ducène, « Les tables géographiques du manuscrit d’al‑Malik al‑Afḍal (1377) », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 30 novembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cmy.revues.org/1906 ; DOI : 10.4000/cmy.1906

Haut de page

Auteur

Jean‑Charles Ducène

Maître de conférences, Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Chroniques du manuscrit au Yémen

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org