Navigation – Plan du site
Textes

Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie à Sofia, 3e partie

Documents en langue turque ottomane du fonds de Sanaa et documents en langue arabe
Stoyanka Kenderova
Traduction(s) :
وثائق عن تاريخ اليمن في العهد العثماني محفوظة في المكتبة الوطنية في بلغاريا بمدينة صوفيا، الجزء الثالث

Notes de la rédaction

Vous pouvez consulter sur ce site l’intégralité de l’article.
– Première partie : Les documents en langue turco-ottomane à caractère financier
– Deuxième partie : Documents en langue turque ottomane à caractère politique et documents sur l’histoire de la médecine

Notes de l’auteur

La troisième et dernière partie de notre recherche porte sur les documents en langue turque ottomane du fonds de Sanaa (F. 274 A), ainsi que sur les documents en langue arabe.

Texte intégral

Le fonds de Sanaa

1. F. 274 A, u.a....1. F. 274 A, u.a. 7, feuillet 1v – partie supérieure

1. F. 274 A, u.a. 7, feuillet 1v – partie supérieure

  • 1 Sanğāq : district ; division territoriale. Pour la définition des notions en langue turque ottomane (...)

1Les ultimes documents en langue turque ottomane concernant le Yémen, que nous allons aborder ici, forment le fonds de Sanaa. Il ne contient que 11 unités d’archives, pour partie fragmentaires. Les documents concernent surtout des questions financières et administratives du district (sanğāq1) de Sanaa au xixe et au début du xxe siècle. Parmi eux, une ḫulāṣa (résumé) de hazīrān 1297/29 juin 1881, envoyée au Conseil des finances (Divān-i muḥāsebāt), présente sous la forme d’un tableau les revenus (taḥṣīlāt) et les dépenses (arfiyyāt) du sanğāq pour le mois de mārt 1296/mars 1880 (F. 274 A, u. a. 10). La somme totale des revenus s’élève à 1 943 929 piastres (ġurūš) et 33 paras (pāre). La même somme apparaît sous les dépenses. Selon un autre tableau, daté du 2 mārt 1305/14 mars 1889, la somme totale des revenus (vāridāt) du sanğāq en 1303/1887-1888 représente 13 225 111 ġurūš (F. 274 A, u. a. 7 [illustration 1]).

  • 2 Le plus souvent ūret signifie copie d’un document. Dans ce cas, il s’agit d’un certificat ou d’un (...)

2Un reçu (sened) et deux certificats (ūret-s2) donnent une idée des salaires de deux employés du sanğāq de Sanaa. Il s’agit d’Amed ‘Āim efendi, comptable (muāsebeği) et de Memed efendi, secrétaire de correspondance (tarīrāt kātibi). Leurs salaires ont été payés par la caisse de la région administrative formée par le vilāyet du Yémen. Pour le mois de mārt 1289/mars 1873, le premier a reçu la somme de 2 500 ġurūš (F. 274 A, u.a. 6), tandis que, pour le mois de šubā 1288/février 1873, le second percevait un salaire de 1 250 ġurūš (F. 274 A, u. a. 8 [illustration 2]).

3. F. 274 A, u.a....3. F. 274 A, u.a. 9, feuillet 1v-2r – partie supérieure

3. F. 274 A, u.a. 9, feuillet 1v-2r – partie supérieure

4. F. 274 A, u.a....4. F. 274 A, u.a. 9, feuillet 1v-2r – partie inférieure

4. F. 274 A, u.a. 9, feuillet 1v-2r – partie inférieure

  • 3 Qaā, en arabe, qaā, district ou division territoriale ; un ensemble de qaā-s forme un sanğāq.

3Beaucoup plus détaillée est l’information sur les salaires et les rations quotidiennes de la gendarmerie dans les districts (qaā-s3) du sanğāq de Sanaa : Sanaa, ‘Amrān, arāz, Ānis, Yarīm et Damār (F. 274 A, u. a. 9). Dans ce cas, les salaires les plus élevés sont ceux du ābūr aġa (commandant d’un bataillon) – 1 900 ġurūš – et du chef des comptes (esāb emīni) – 1185 ġurūš. La somme totale des frais pour le mois de mārt 1289/mars 1873 représente 127 075 ġurūš [illustrations 3 et 4].

4Un fragment de document (F. 274 A, u. a. 4) concerne le montant mensuel de la location du bâtiment servant de prison aux femmes, situé dans le sanğāq de Sanaa, à partir du 1er šubā 1290/13 février 1875, soit 23,5 ġurūš. Quant au salaire mensuel du gardien, il est de 100 ġurūš [illustration 5].

  • 4 Ou sanğāq.

5Le document suivant atteste que le gouvernement financier du vilāyet du Yémen a entrepris la préparation des cachets (mühür) à l’usage des différents services du sanğāq de Sanaa, notamment pour le chef du sanğāq (mutaarrif), le département financier (muḥāsebe) et la cour de cassation (meğlis-i temīz) du district administratif (livā4) de Sanaa, ainsi que pour les conseils administratifs (meğlis) des qaā-s qui forment le sanğāq de Sanaa : Yarīm, Ānis, Kawkabān, ‘Amrān, Ğabal arāz et Damār. D’autres cachets sont prévus pour les chefs administratifs (qā’immaqam-s) des qaza-s mentionnés (F. 274 A, u. a. 5). Sur le document, fragmentaire, la date manque, mais il porte un cachet sec : « Meğllis-i vilāyet-i Yémen. [1]288 ». Ceci signifie qu’il a été délivré en 1288 ou bien après cette date qui correspond à 1872-1873.

6Une lettre envoyée de Sanaa au Ministère des finances le 21 reğeb 1304/15 avril 1887 et portant le cachet de Mamūd, représentant (vekīl) et adjoint (mu‘āvin) du vā du Yémen, traite la question du prêt obligatoire (istiqrāṣ-i meğbūr) dans le vilāyet du Yémen et des « billets d’aide militaire » soit « i‘āne-i arbiyye-i bīletler », F. 274 A, u.a. 1).

6. F. 274 A, u.a....6. F. 274 A, u.a. 2, feuillet 1

6. F. 274 A, u.a. 2, feuillet 1

  • 5 Voir le Salname. 1319 Sene-i Hicriyesine mahsus Salname-i Devlet-i Osmaniye, [Istanbul], 1317 [1899 (...)

7Deux documents, écrits sur le papier à en-tête du siège du chef de l’armée (maqām-i ser ‘askeri), sont consacrés à la Septième armée impériale basée à Sanaa (F. 274A, u. a. 2). Le premier d’entre eux présente le contenu d’un télégramme chiffré du 12 azīrān 1317/25 juin 1901, envoyé par ‘Abd Allāh paša, général (müšir) de cette armée. Il explique les difficultés du transfert des forces jointes (munamma). Le deuxième document, daté du 10 rebī‘ el-evvel 1319/27 juin 1901, est signé « ser ‘asker – Riẓā » : il s’agit du commandant en chef de l’Armée ottomane Meḥmed Riẓā paša5. Pour les forces militaires de complément affectées à la Septième armée, 45 855 108 ġurūš ont été prévus, prélevés sur les revenus du vilāyet du Yémen [illustration 6].

Documents en langue arabe

  • 6 Voir Stoyanka Kenderova, « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la (...)
  • 7 Pour un résumé du contenu de ces documents, voir Stoyanka Kenderova, Inventory of the Documents in (...)

8Le dernier chapitre de notre recherche relative aux documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à Sofia porte sur les documents en langue arabe. Ils sont moins nombreux que les documents en langue turque ottomane que nous avons déjà présentés6 : cinq documents forment en effet le fonds 320 Ar (Yémen) et quelques autres se trouvent dans le fonds 278 Ar (Hedjaz)7. Quant à leur sujet, ils ne diffèrent pas beaucoup des sources turques : revenus des douanes, dépenses pour les salaires de l’armée et pour la réception de cheikhs, frais de réparation, salines, etc.

7. OAK 204/3, feu...7. OAK 204/3, feuillet 2r – dernière partie du document, le Yémen est mentionné à la ligne 5

7. OAK 204/3, feuillet 2r – dernière partie du document, le Yémen est mentionné à la ligne 5

  • 8 Par exemple, la réparation et la purification des canaux et des tuyaux d’eau ; une somme de 18 181 (...)

9Le document le plus ancien date du 22 dū’l-ḥiğğa 1176/4 juillet 1763. Il s’agit d’un rapport (ima) du šarīf de La Mecque, Ibn Sa‘īd, envoyé probablement au Grand vizīr, Ḥamza Ḥamīd paša (OAK 204/3). À côté des questions qui concernent la ville de La Mecque elle-même8, il indique la nécessité d’assurer la sécurité des pèlerins se rendant de la ville sainte à al-Ṭā’if, Ğidda, Médine et au Yémen. Le rapport est accompagné d’un autre document (ḫulāṣa) qui contient le résumé de ces événements en langue turque ottomane [illustration 7].

Des documents du xixe siècle

10Les autres documents en langue arabe datent du xixe siècle et, là encore, la majorité d’entre eux fait part de dépenses diverses.

8. F. 278 Ar, u.a...8. F. 278 Ar, u.a. 23, feuillet 6r

8. F. 278 Ar, u.a. 23, feuillet 6r

9. F. 278 Ar, u.a...9. F. 278 Ar, u.a. 23, feuillet 6v

9. F. 278 Ar, u.a. 23, feuillet 6v

11À la suite de demandes (istid‘ā ou ‘arḍuḥāl) émanant de cheikhs du Yémen, entre autre de Rābiġ, Muḥammad b. ‘Awn informe le chef (amīn) du dépôt (šūna) de La Mecque de la nécessité de mettre à leur disposition des céréales, du café, des nattes (ḥaṣīr) et des lampes (qanādīl). Les documents, au nombre de 15, datant de la période du 5 muarram au 3 dū’l-qa‘da 1265/du 1er décembre 1848 au 20 septembre 1849, attestent que ces provisions ont bien été dispensées aux cheikhs et aux personnes qui les accompagnaient, certains se trouvant à La Mecque pour 3 jours, d’autres pour 10 jours ou pour un mois. Les documents possèdent également, dans le coin gauche supérieur, des ordres d’exécution émanant du gouvernement financier, écrits en langue turque ottomane (F. 278 Ar, u. a. 23 [illustrations 8 et 9]).

  • 9 Les documents possèdent des notes additionnelles en langue turque ottomane.
  • 10 Al-urdu : en turc ordu.

12Des dépenses, cette fois effectuées par le trésor (ḫazīna) ( = payées sur le trésor ?) de la ville de Ğidda, sont relatives à l’eau potable (mā’ ladīd) nécessaire à l’infanterie qui bivouaquait dans la ville avant de se rendre au Yémen (F. 278 Ar, a.u. 151). Les documents, 5 factures (kašf-s) datés du 28 rabī‘ al-tānī 1265/23 mars 18499 sont signés par le chef de l’infanterie (sar piyāda) ‘Abdūl aġa, par Muṣṭafā Tawfīq paša, par Fayḍ Allāh aġa, le chargé de gestion auprès du chef de l’infanterie (wakīl sar piyāda) et par Yūsuf aġa, le chargé de gestion auprès du chef de l’armée (wakīl al-urdu10) [illustration 10]. Cinq reçus (sanad-s), signés du nom de ‘Abd Allāh, amīn iḥtisāb (chef du droit d’octroi) de Ğidda, attestent du paiement de ces sommes.

13Une autre question financière concernant l’armée est traitée dans un dossier composé de quelques documents. Il s’agit :

  • d’un exposé (‘arẓ) en langue turque ottomane du gouverneur administratif du vilāyet du Yémen (wālī), al-sayyid Maḥmūd, daté du 9 rebī‘ el-tānī 1269/20 janvier 1853 ;

  • d’une lettre (maktūb) du 29 rağab 1269/8 mai 1853 envoyé au cheikh Muḥammad Ḥasan, bāš kātib (premier secrétaire) de la douane à Mokha ;

    • 11 Dans l’original, amwāl (pl. de māl), i. e. biens, richesses ; revenus.
    • 12 Voir ci-dessus et la note 3.

    d’une exposition (bayān) des sanad-s délivrés par Muḥammad Ḥaqqī efendi, ex- secrétaire des finances (māl kātibī) du sanğāq de Mokha. Une somme de 15 000 piastres (ġurūš) pour les salaires de l’armée régulière sous le commandement de l’ex-chef des cavaliers (sar suwārī), Sulaymān aġa Arzinğānlī, a été prélevée sur les revenus11 du district (qaḍā12) de Zabīd, mais, à la date du document, elle n’était pas encore arrivée à destination (F. 320 Ar, u.a. 2).

11. F. 320 Ar, u....11. F. 320 Ar, u.a. 5, recto

11. F. 320 Ar, u.a. 5, recto

12. F. 320 Ar, u....12. F. 320 Ar, u.a. 5, verso

12. F. 320 Ar, u.a. 5, verso

14Quelques informations sur les réparations de la forteresse de Mokha et les endroits précis où elles ont eu lieu, ainsi que sur les sommes dépensées pour les travaux (achat des différents matériels et paiement des employés), sont conservées dans un fragment d’un registre de la deuxième moitié du xixe siècle (F. 320 Ar, u. a. 5 [illustration 11 et 12]).

15En 1281/1864-1865, la caisse de Mokha a dû faire face à d’autres dépenses. Elle a payé 3 mois de salaire au qā’immaqām, Muḥammad paša, à raison de 4 650 qurūš (piastres) par mois (F. 320 Ar, u.a. 1, f. 4-6). Le chef des porteurs d’eau a reçu le prix de l’eau potable (mā’ ladīd) destinée à la prison (maḥbūs-ḫāna) pendant 6 mois (F. 320 Ar, u.a. 1, f. 1-3, 7-9 [illustration 13]).

  • 13 Dans l’original, kumruk (en turc, Gümrük) Ğidda wa-tawābi‘.
  • 14 Les feuillets 1 à 23 sont des fragments.

16Les documents de douane provenant de villes maritimes du Yémen sont aussi présents dans le fonds arabe. Il s’agit de 33 documents délivrés par l’administration de la douane à Ğidda et par les douanes sous sa juridiction13, durant la période du 11 ğumādā ulā au 26 dū’l-qa‘da I 1277/du 25 novembre 1860 au 5 juin 1861. Ces documents, sortes de quittances de la douane, conférant droit de sortie aux marchandises (raftiyya)14, donnent une information sur les marchandises envoyées par les douanes des ports de Qunfuda, d’al-Hudayda, de Luḥayya, de Yanbu‘ al-baḥr et de Mokha à la douane de Ğidda (F. 278 Ar, u.a. 174 [illustration 14]).

  • 15 Une uğğa (üğğet en turc) est un document délivré par un juge (ī) ; c’est un acte relevant du t (...)

17Une question juridique est décrite dans la copie d’un acte (ḥuğğa15) du 2 ramaḍān 1271/19 mai 1855, délivrée par le qāḍī de La Mecque, ‘Alī Riḍā. Elle concerne la possession de la saline de Qimmat al-Kaš‘a et de ses propriétés situées à Sāḥil al-Zuhrā’ et à Bilād Banī Ğāmi‘ au Yémen. Selon la déclaration faite au tribunal par mawlānā al-šarīf al-Ḥusayn b. al-šarīf ‘Alī b. Ḥaydar, ex-amīr du Yémen, cette saline lui appartenait depuis longtemps. Le document fait état du désaccord qui met aux prises le wālī du Yémen, Maḥmūd paša, et al-šarīf al-Ḥasan, fils du détenteur juridique de la saline (F. 278 Ar, u.a. 186).

  • 16 Le fonds contient d’autres documents, mais étant fragmentaires, il est difficile d’en établir le se (...)
  • 17 Somme : c’est nous qui interprétons, le document est lacunaire à cet endroit.
  • 18 Ici vraisemblablement gardien d’une place forte.

18Le dernier document abordé ici est un exposé (ma‘rūa) datant du xixe siècle et signé par Muammad asan Qadarī, chef de la communauté (ğamā‘at) des Banī Qadarī de la population d’al-Wā‘iāt (F. 320 Ar, u.a. 3)16. Il rapporte que lui et son ğamā‘at n’habitent pas loin de la ville d’al-Zuhra et qu’ils souffrent de la révolte (fasād) des tribus d’al-Wā‘iāt, ainsi que de l’arrivée de l’armée d’Etat. Ils ont versé une somme17 comme gage (rahīna) par l’intermédiaire d’un gardien (muḥāfiẓ18) et, ainsi, se sont acquittés entièrement des exigences de l’Etat. Pauvres et faibles, ils ressentent le besoin de la protection de l’Etat ottoman et prient le pouvoir, par le biais du destinataire, de bien vouloir prendre un décret concernant leur sécurité [illustration 15].

Des livres manuscrits

  • 19 Sur la collection des livres manuscrits de la Bibliothèque nationale de Bulgarie, voir Stoyanka Ken (...)

19En dehors des documents d’archives, dont une faible proportion seulement concerne l’histoire du Yémen, la Bibliothèque nationale de Bulgarie possède une riche collection de livres manuscrits en arabe, turc ottoman et persan dont le nombre actuel s’élève à 3 860 volumes19. À l’époque ottomane, ces manuscrits se trouvaient dans les bibliothèques de waqf, créées par des turcs nés en Bulgarie, dans des villes bulgares, tel Sofia, Samokov, Vidin, Kustendil, Choumène, et Rousse. La majorité de ces manuscrits touchent à des questions religieuses et la proportion des livres touchant à l’histoire est très modeste – environ 60 à 70 volumes.

16. OR 2545, f. 1...16. OR 2545, f. 1r - page de titre du premier ouvrage

16. OR 2545, f. 1r - page de titre du premier ouvrage

  • 20 Pour une description sommaire de ce manuscrit, voir Yousif Izzidien, Arabic Manuscripts in the nati (...)
  • 21 Voir GAL, II, 401, et SB II, p. 548-549 ; Wilhelm Ahlwardt, Verzeichniss der arabischen Handschrift (...)
  • 22 Cette collection fera l’objet d’une présentation détaillée dans un article à venir.
  • 23 Voir Stoyanka Kenderova, « La bibliothèque de la famille de Pazban-Zade à Vidin (30 ans après la mo (...)
  • 24 Sur les donateurs de cette bibliothèque, voir Stoyanka Kenerova, « À propos des donateurs des livre (...)

20Parmi eux, une collection composée de quatre livres (OR 2545) concerne l’histoire du Yémen et la ville de Zabīd en particulier20. En voici les titres : 1. Buġyat al-mustafīd fī abār madīnat Zabīd (f. 1v-58r) d’Abū ‘Abd Allāh b. Amad b. Yūsuf al-Šaybānī al-Zabīdī Ibn al-Dayba‘ (866-944/1461-1537)21 ; 2. Al-fal al-mazīd ‘alā Buġyat al-mustafīd fī abār madīnat Zabîd du même auteur (f. 58r-104v) ; 3. Al-urğūza al-wağīza bi-sayr sayrihi fī ta’rī ‘Abr (f. 107r-115r) de iyā’ al-Dīn Amad b. Mūsā al-Wāsitī (en vie en 955/1548-1549) et 4. Al-mabhağ al-wādi al-asan fī man waliyā ba‘d Farhād al-Yaman (f. 115v-118r) de Ğamāl al-Dīn Muammad b. Barakāt al-‘Umānī (rédigé en 969/1561-1562). Le nom du scribe est inconnu, mais les quatre textes sont de la même main et l’on sait que la copie du volume a été achevée en 969 (1561-1562)22. Le manuscrit appartenait à la bibliothèque du fameux ‘Osmān Pazvantoğlu (m. en 1807), originaire de la ville de Vidin23, et a été donné au titre de waqf par son père, Ömer aġa Pazbān-zāde24 [illustration 16].

Conclusion générale

21En 1931, lors d’une vente aux enchères publique, l’Etat bulgare a acheté à Istanbul du papier à recycler. Il s’agissait en fait de documents d’archives de l’Empire ottoman. Ceci explique la présence à la Bibliothèque nationale de Bulgarie de sources sur l’histoire des provinces arabes, dont le Yémen. Les documents sur ce pays sont concentrés dans les fonds du Yémen (F. 320 A et 320 Ar), de Sanaa (F. 274 A), du Hedjaz (F. 278 A et 278 Ar) et dans les collections OAK (Orientalska Arhivna Kolektsiya ou Collection Orientale d’Archives) et NPTA (Novopridobiti Turski Arhivi ou Nouvelles Acquisitions de Documents Turcs).

22La majorité d’entre eux sont datés du xixe siècle, mais quelques documents renvoient au xvie siècle. Les sujets qui prédominent dans ces fonds touchent à l’armée, à la gendarmerie et aux dépenses afférentes, aux revenus des douanes et des salines, aux questions administratives, à des événements dans lesquels le rôle principal est joué par les cheiks et les šerīf-s du Yémen, et à des personnes qui ont gouverné le Yémen. Du point de vue de la diplomatique, les archives présentent différents types de documents délivrés en langues turque ottomane et en arabe. L’ensemble des documents présentés dans les trois parties de ce travail est inédit.

23Nous espérons qu’avec les illustrations jointes, les chercheurs seront à même de mieux comprendre leur contenu et que cette contribution les encouragera à en tenir compte dans leurs futures recherches sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane.

(FIN)

Haut de page

Notes

1 Sanğāq : district ; division territoriale. Pour la définition des notions en langue turque ottomane ou arabe, nous avons consulté Thomas Xavier Bianchi et Jean Daniel Kieffer, Dictionnaire turc-français à l’usage des agents diplomatiques et consulaires, des commerçants, des navigateurs, et autres voyageurs dans le Levant, vol. 1–2, 2e éd., Paris, 1850, et Ferit Devellioğlu, Osmanlıca-Türkçe Ansiklopedik Lûgat. Eski ve yeni harflerle, Ankara, 1993 [11e éd.].

2 Le plus souvent ūret signifie copie d’un document. Dans ce cas, il s’agit d’un certificat ou d’un reçu. Pour les différentes significations du mot ūret dans la diplomatique turque-ottomane, voir, entre autre, Asparouh Velkov, Vidove osmanoturski dokumenti. Prinos kam osmanoturskata diplomatika, Sofia, 1986, p. 34-36.

3 Qaā, en arabe, qaā, district ou division territoriale ; un ensemble de qaā-s forme un sanğāq.

4 Ou sanğāq.

5 Voir le Salname. 1319 Sene-i Hicriyesine mahsus Salname-i Devlet-i Osmaniye, [Istanbul], 1317 [1899-1900], p. 192.

6 Voir Stoyanka Kenderova, « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie, à Sofia. 1e partie : Les documents en langue turque ottomane à caractère financier », Chroniques du manuscrit au Yémen, 12, 2011 ; ibid., « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie, à Sofia. 2e  partie : Documents en langue turque ottomane à caractère politique et documents sur l’histoire de la médecine », Chroniques du manuscrit au Yémen, 13, 2012. Les deux articles sont en ligne sur le site du CEFAS, http://www.cefas.com.ye/spip.php?rubrique36 et http://www.anne.regourd.org/chroniques-du-manuscrit-au-yemen.

7 Pour un résumé du contenu de ces documents, voir Stoyanka Kenderova, Inventory of the Documents in Arabic Language Kept in the Oriental Department of the Cyril and Methodius National Library in Sofia. XIII-XX centuries, Sofia, 1984.

8 Par exemple, la réparation et la purification des canaux et des tuyaux d’eau ; une somme de 18 181 mabūb (monnaie d’or frappée au xviiie siècle), envoyée par le Sultan au urra amīnī, Ḥāğğī Ḥusayn (le urra amīnī est la personne qui s’occupe de l’envoi de la urra, la somme envoyée chaque année par le sultan à la ville de La Mecque durant le ağğ) ; le désaccord entre les pèlerins venant d’Egypte et la tribu de Ḥarb ; l’attaque de chameliers par des tribus dans le quartier d’Iki Qōnaq, un quartier où sont logés les pèlerins venant de Syrie.

9 Les documents possèdent des notes additionnelles en langue turque ottomane.

10 Al-urdu : en turc ordu.

11 Dans l’original, amwāl (pl. de māl), i. e. biens, richesses ; revenus.

12 Voir ci-dessus et la note 3.

13 Dans l’original, kumruk (en turc, Gümrük) Ğidda wa-tawābi‘.

14 Les feuillets 1 à 23 sont des fragments.

15 Une uğğa (üğğet en turc) est un document délivré par un juge (ī) ; c’est un acte relevant du tribunal et validé par des témoins. Il concerne surtout les achats-ventes de propriété.

16 Le fonds contient d’autres documents, mais étant fragmentaires, il est difficile d’en établir le sens.

17 Somme : c’est nous qui interprétons, le document est lacunaire à cet endroit.

18 Ici vraisemblablement gardien d’une place forte.

19 Sur la collection des livres manuscrits de la Bibliothèque nationale de Bulgarie, voir Stoyanka Kenderova, « Bulgaria », dans : Geoffrey Roper (éd.), World Survey of Islamic Manuscripts, vol. 1, Londres, 1992, рp. 121-142 ; et ibid., « Oriental Manuscripts Collection Kept in the Bulgarian National Library », dans : Bilâr Ender (éd.), Information-Documentation Management and Cooperation among the Libraries in the Balkan Countries Symposium Papers. 5-7 June 2008, Edirne/Turkey, Edirne, 2008, p. 139-143.

20 Pour une description sommaire de ce manuscrit, voir Yousif Izzidien, Arabic Manuscripts in the national Library of Sofia « Cyrille et Méthode », Baghdad, 1968, p. 26 et 108.

21 Voir GAL, II, 401, et SB II, p. 548-549 ; Wilhelm Ahlwardt, Verzeichniss der arabischen Handschriften königlichen Bibliothek zu Berlin, vol. 9, Berlin, 1897, N 9763.

22 Cette collection fera l’objet d’une présentation détaillée dans un article à venir.

23 Voir Stoyanka Kenderova, « La bibliothèque de la famille de Pazban-Zade à Vidin (30 ans après la mort d’Osman Pazvantoğlu) », dans : Travaux du Symposium international « Le livre. La Roumanie. L’Europe ». IIIe édition – 20-24.09.2010, t. II, Bucarest, 2011, p. 133-141.

24 Sur les donateurs de cette bibliothèque, voir Stoyanka Kenerova, « À propos des donateurs des livres à la Bibliothèque d’Osman Pazvantoglu à Vidin », dans : Meropi Anastassiadu (éd.), Sociétés et cultures musulmanes d’hier et d’aujourd’hui. Actes de la IXe réunion des chercheurs sur le monde arabe et musulman, Paris, 1996, р. 182-185.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. F. 274 A, u.a. 7, feuillet 1v – partie supérieure
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 2. F. 274 A, u.a. 8.
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 3. F. 274 A, u.a. 9, feuillet 1v-2r – partie supérieure
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 4. F. 274 A, u.a. 9, feuillet 1v-2r – partie inférieure
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 5. F. 274 A, u.a. 4.
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 6. F. 274 A, u.a. 2, feuillet 1
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 7. OAK 204/3, feuillet 2r – dernière partie du document, le Yémen est mentionné à la ligne 5
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 8. F. 278 Ar, u.a. 23, feuillet 6r
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 9. F. 278 Ar, u.a. 23, feuillet 6v
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 10. F. 278 Ar, u.a. 151
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 11. F. 320 Ar, u.a. 5, recto
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 12. F. 320 Ar, u.a. 5, verso
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 13. F. 320 Ar, u.a. 1
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 14. F. 278 Ar, u.a. 174
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 15. F. 320 Ar, u.a. 3
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 16. OR 2545, f. 1r - page de titre du premier ouvrage
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1929/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stoyanka Kenderova, « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie à Sofia, 3e partie », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://cmy.revues.org/1929 ; DOI : 10.4000/cmy.1929

Haut de page

Auteur

Stoyanka Kenderova

Conservateur en Chef, Bibliothèque nationale de Bulgarie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Chroniques du manuscrit au Yémen

Haut de page
Chargement des illustrations

Chargement des illustrations

  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org