Navigation – Plan du site
Textes

Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie à Sofia, 2e partie

Documents en langue turque ottomane à caractère politique et documents sur l’histoire de la médecine
Stoyanka Kenderova
Traduction(s) :
وثائق عن تاريخ اليمن في العهد العثماني محفوظة في المكتبة الوطنية في بلغاريا بمدينة صوفيا، الجزء الثاني

Notes de la rédaction

Vous pouvez consulter sur ce site l’intégralité de l'article.
– Première partie : Les documents en langue turco-ottomane à caractère financier
– Troisième partie : Documents en langue turque ottomane du fonds de Sanaa et documents en langue arabe

Texte intégral

1La première partie de notre présentation des sources ottomanes, intitulée « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie, à Sofia », portait principalement sur des documents à caractère financier1. Dans cette deuxième partie, nous nous penchons essentiellement sur ceux qui sont en relation avec l’histoire politique du Yémen. Ils donnent aussi des informations sur la situation de la médecine et des services hospitaliers dans le pays, ainsi que sur les cadres médicaux à l’échelle de la région, Hiğaz inclus. Quant à la troisième partie de notre contribution, à paraître dans le prochain numéro des Chroniques du manuscrit au Yémen, elle sera consacrée aux documents en langue arabe.

2Les documents qui nous concernent ici, ont été choisis dans les fonds 320A (Yémen), 278A (Hiğaz), ainsi que dans les collections OAK (Orientalska Arhivna Kolektsiya ou Collection Orientale d’Archives) et NPTA (Novopridobiti Turski Arhivi, c’est‑à‑dire les Nouvelles Acquisitions de Documents Turcs) de la Bibliothèque nationale de Bulgarie, à Sofia.

Trois firmans du dernier quart du xvie siècle

Ill. 1 : NPTA XIX...Ill. 1 : NPTA XIX 21/87 (partie supérieure)

Ill. 1 : NPTA XIX 21/87 (partie supérieure)

Ill. 1 : NPTA XIX...Ill. 1 : NPTA XIX 21/87 (partie inférieure)

Ill. 1 : NPTA XIX 21/87 (partie inférieure)

  • 2 Sur cette période de l’histoire du Yémen, voir G. M. Udalova. Yemen v period Osmanskogo zavoevaniya (...)
  • 3 Un aqçe un tiers de pâra, 120 aqçe une piastre (ġurûš).

3Trois firmân‑s du sultan Murad III (982‑1003/1574‑1595) nous renvoient au dernier quart du xvie siècle2. Le premier d’entre eux, daté du 20‑29 (evâḫir) zî’l‑hiğğe 991/04‑13.01.1584 et adressé à Üveys, gouverneur (beylerbey) de la province de Šâm (Syrie), touche au système des timâr‑s dans le monde arabe. D’après un registre, délivré par le beylerbey du Yémen, Ḥasan, et présenté au Sultan, il est évident que le fusilier (ou soldat fantassin, tüfenĸčî) de la 27e compagnie (bölük), Âq ‘Alî, partage son timâr avec un dénommé Ibrâhîm. En effet, ce dernier reçoit les 2/3 du montant annuel des revenus du timâr, qui s’élèvent à 18 000 aspres (aqçe‑s)3 (NPTA XIX 21/87 ; illustration 1).

Ill. 2 : NPTA XVI...Ill. 2 : NPTA XVI 1/15 (partie supérieure)

Ill. 2 : NPTA XVI 1/15 (partie supérieure)

Ill. 2 : NPTA XVI...Ill. 2 : NPTA XVI 1/15 (partie inférieure)

Ill. 2 : NPTA XVI 1/15 (partie inférieure)

  • 4 Sur la structure du firmân du point de vue de la diplomatique ottomane, voir B. Nedkov, Osmanotursk (...)
  • 5 Un yük vaut 100 000 piastres turques.
  • 6 Le defterdâr est la personne responsable des finances du vilâyet.
  • 7 Le terme de « qâpûğî » désigne des employés ayant diverses fonctions à remplir, soit au sérail même (...)

4Les deux autres firmâns sont très intéressants non seulement par leur contenu, mais aussi du point de vue de la diplomatique ottomane4. Ils ont été rédigés à trois jours d’écart et portent sur le même sujet, une somme de 3 yük‑s5 d’aqçe‑s, qui doit être prélevée sur les impôts non recouvrés (baqâyâ) du Yémen. la somme est nécessaire pour une galère (qadirġa) dont la flotte impériale a besoin. Le premier firmân, daté du 15 ğemâzî el‑evvel 1000/28.02.1592, est adressé au vizîr Ḥasan Pâšâ, responsable de la garde du Yémen (F. 320 A, u.a. 138) ; le deuxième, daté du 18 ğemâzîel‑evvel 1000/2.03.1592, a pour destinataire le defterdâr6 du Yémen (NPTA XVI 1/15 ; illustration 2). L’obligation n’ayant pas été suivie d’effet, deux messagers du pouvoir (mübâšir‑s), Iskender, un chef de compagnie (bölükbâšî), et Ḥüseyin, un portier (qâpûğî7), ont été mandatés afin de rassembler le plus rapidement possible la somme et de l’envoyer vers la capitale.

Des documents du xixe siècle

5La plus grande partie des documents d’archives concernée ici date du xixe siècle, un siècle marqué par des événements très importants pour l’histoire politique du Yémen. Certains d’entre eux sont directement en prise avec l’actualité.

Le tournant de la fin des années1840 et les années 1850

  • 8 Caesar E. Farah, The Sultan’s Yemen. Nineteenth‑Century Challenges to Ottoman Rule, Londres/New Yor (...)

6En 1849, après deux siècles d’absence, le pouvoir ottoman a restauré son emprise sur la région de la Tihâma8. Treize registres (defter) des années 1849 à 1850 nous procurent des données détaillées sur l’infanterie (piyâde), dirigée par le conseiller militaire et chef de l’infanterie (müšir ser‑i piyâde), Berâtlî Mersîn âġâ (OAK 262/5 ; illustration 3). Six d’entre eux sont du type détaillé ou müfredât. Ils indiquent les noms des soldats recrutés dans tout l’empire (Balkans, Asie Mineure et les provinces arabes) sur une période de deux ans, du 1er muḥarrem 1265 à la fin du mois de zî’l‑hiğğe 1266/27.11.1848 ‑ 5.11.1850. Les sept autres registres sont du type abrégé ou iğmâl defter. Ils nous renseignent sur les salaires des soldats sur 9 mois, partant du 1er rebî el‑sânî 1265/24.02.‑16.11.1849 et pour toute l’année 1266/17.11.1849‑5.11.1850. Le salaire mensuel (‘ulûfe) s’élève à 58 piastres (ġurûšs) et 32 pâra‑s. Les sommes ont été payées sur la caisse (emvâl) de la ville d’al‑Ḥudayda. La même unité d’archives (OAK 262/5) contient encore 6 reçus (sened) du 13 ṣafer 1267/18.12.1850 qui attestent que l’entrepôt (šûna) du Yémen contenait du blé, du riz indien (ruzz‑i hindî) et de l’orge.

  • 9 Je reprends ici Caesar E. Farah, ibid., p. IX, où il dit s’être appuyé sur des « documents listed i (...)
  • 10 Le médecin et le chirurgien portent en effet le même nom.

7Dans d’autres documents, les événements de 1849 apparaissent d’une manière moins directe. En liaison avec « la question yéménite » (mesele‑i yemâniye)9, quelques personnes, notamment le médecin (ḥekîm), el‑Ḥâğğ Meḥmed efendî, le chirurgien el‑Ḥâğğ Meḥmed efendî10, un deuxième chirurgien, el‑Ḥâğğ Muṣṭafâ efendî, et le pharmacien, el‑Ḥâğğ Aḥmed efendî, ont été envoyés à la cour de l’emîr et šerîf de La Mecque. La somme totale des dépenses, comprenant leurs salaires, les rations quotidiennes pour 7 mois, entre le 1er mârt et le 30 eylûl 1265/14.03.‑13.10.1850, ainsi que les frais de voyage, représente 32 483 ġurûš‑s, le salaire du médecin, pour la même période, étant de 10 500 ġurûš‑s. S’y ajoute le transport de 150 médicaments, dont le coût s’élève à 13 354 ġurûš‑s. Ces médicaments, qui n’étaient pas utilisés, avaient été donnés par le médecin à la pharmacie de l’armée régulière de l’infanterie en charge du contrôle du Hiğâz. L’ensemble de ces informations nous est fourni par une lettre du 3 muḥarrem 1266/19.11.1849 émanant du vâlî de Jeddah, el‑Seyyid Meḥmed Ḥasîb. L’unité d’archives inclut également un document du 24 reğeb 1266, qui donne la liste des médicaments (F. 320 A, u.a. 211 ; illustration 4).

  • 11 Il s’agit probablement de Ṣabrî Muṣṭafâ pâšâ. En 1266/1850, il devient vâlî du Yémen où il meurt en (...)

8Sensiblement à la même époque, dans l’entourage du vâlî du Yémen, Muṣṭafâ pâšâ11, apparaissent les médecins Ḥamid efendî, Aḥmed efendî et Ḥüseyin efendî, le chirurgien Meḥmed efendî, le deuxième chirurgien Aḥmed efendî, et également deux pharmaciens. Un reçu (‘ilmüḥaber) a été délivré le 11 ğemâzî el‑evvel 1268/04.03.1852 pour régler le payement de leurs salaires (F. 320 A, u.a. 44).

9Probablement en liaison avec les événements de 1849, el‑Seyyid Velî ed‑Dîn, capitaine (yüzbâšî) des bêtes de somme (ṭôpkešân‑i mîrî) auprès de l’armée régulière d’artillerie, démantelée à al‑Ḥudayda, émet une demande (istid‘â), en date du 9 ğemâzî es‑sânî 1266/22.04.1850. Cette fois‑ci, la somme de 863 ġurûš‑s et 37 pâra‑s a été dépensée pour l’achat des médicaments et pour les salaires à la journée des vétérinaires qui ont examiné les bêtes (F. 278 A, u.a. 858).

  • 12 Pour plus de détail sur son activité, voir Caesar E. Farah, op. cit., pp. 47‑48, 53‑57, 59, 61, etc
  • 13 Ce titre est donné aux pâšâ‑s qui commandent les troupes de leurs pâšâlıq‑s respectifs et qui ont s (...)

10Dans l’histoire politique et militaire du Yémen, Tevfîq pâšâ (mort en 1266/1850) a joué un rôle très important12. Il était à la tête de l’infanterie composée des soldats irréguliers (bâšıbōzûq) qui ont pris part à la reconquête du Yémen. Son nom figure, mais de manière posthume, dans deux registres du 14 ğemâzî el‑evvel 1267/17.03.1851, renfermant les noms de soldats (au nombre de 713 dans le premier registre et de 694 dans le deuxième) et les sommes dépensées pour eux. Selon un troisième registre, datant du 9 rebî‘ el‑evvel 1267/12.01.1851 et contenant les noms de 717 soldats, le commandement des soldats irréguliers a été déjà transférée aux mains du général en chef (serasker13), Ḥasan efendî (OAK 209/4 ; illustration 5).

Les annés1860, poursuite des conquêtes

11La prise d’Abû Arîš est liée au nom du šerîf du Yémen Ḥüseyin (Ḥusayn) b. ‘Alî b. Ḥaydar (mort en 1267/1851). Un rapport détaillé du 15 ša‘bân 1276/08.03.1860 nous informe sur sa mort et sur la prise des forteresses de Zuhra et de Ğayzân (Ğîzân) par le gouvernement ottoman. Quatre cents personnes de l’armée régulière (muvaẓẓefe) ont été affectées, notamment à la garde des salines de Zuhra, y compris un régiment (alây) composé d’Albanais et de Turcs, sous le commandement du chef de la cavalerie (ser‑i süvârî), Ḥaydar bey. Le rapport traite aussi de la question des salaires des personnes de l’entourage du šerîf Ḥüseyin, alors décédé. D’après une lettre, écrite sur un papier à en‑tête du ministère des Finances et datée du 29 kânûn‑i sânî 1305/29.01.1889, une somme de 11 100 ġurûš‑s a été fixée en faveur des héritiers du šerîf Ḥüseyin pâšâ‑zâde, feu Meḥmed bey, son frère et ses sœurs. Elle sera payée par la caisse (emvâl) du sanğâq d’al‑Ḥudayda (F. 320 A, u.a. 116).

Les annés1870, le pouvoir ottoman et les cheikhs des tribus

12Quelques documents de l’année 1289/1872 (F. 320 A, u.a. 60) jettent une lumière nouvelle sur les relations entre le pouvoir ottoman et les cheikhs des tribus. Il s’agit, en premier lieu, d’un exposé (ma’rûz) envoyé le 11 ğemâzî es‑sânî 1289/16.08.1872 de la ville de Sanaa par el‑Seyyid Aḥmed Muḥtâr, vâlî du Hiğâz et du vilâyet du Yémen, au Grand vizîr (Midḥat pâšâ ; 31.07.‑19.10.1872). Pour les cheikhs des tribus locales, ont été achetés et envoyés des robes d’honneur (ḫil‘at), des montres, des tissus et des sabres représentant un montant total de 70 000 ġurûš‑s. Les cadeaux donnés par les cheikhs seront, quant à eux, vendus aux enchères et la somme perçue, enregistrée comme revenu. Cette somme servira à réparer les murs des forteresses et des prisons, probablement au Yémen. Une lettre du 7 ša‘bân 1289/10.10. 1872, adressée au ministre des Finances (Mâliye Neẓâretî), complète ces données : ce sont des chevaux que les cheikhs avaient remis comme cadeau ; ces chevaux avaient été ultérieurement offerts aux ẓâbiṭ‑s (officiers) de l’armée impériale (F. 320 A, u.a. 60 ; illustration 6).

Les années 1890

  • 14 Sur les événements qui ont eu lieu à Kawkabân, voir Caesar E. Farah, op. cit., pp. 87‑90.

13Une information indirecte sur les événements de Kawkabân14 nous est fournie par un dossier qui inclut une copie du protocole (maẓbaṭa) du Conseil Intérieur d’État (Šûrâ‑yi Devlet‑i dâḫiliye) du 29 ṣafer 1310/22.09.1892, ainsi que deux lettres du ministère de l’Intérieur, adressées au ministère des Finances. On y découvre qu’un bâtiment a été loué pour une durée de quatre mois, à partir du 1 tešrîn‑i sânî 1307/14.XI.1891. Il sera utilisé comme Établissement de pouvoir ou Ḥükûmet qônâġi, l’ancien qônâq ayant été détruit, selon ces documents, par des brigands (ešqiyâ’, plus précisément des troupes opposées au pouvoir officiel) et ayant donc besoin d’être réparé. La somme allouée à sa réparation s’élève à 2 640 ġurûš‑s ; elle sera prélevée sur la caisse du vilâyet du Yémen (F. 320 A, u.a. 80).

Réformes administratives et vie quotidienne

  • 15 Voir Caesar E. Farah, op. cit., p. 98.
  • 16 Puṣûla signifie note, certificat, reçu.

14En 1872, la domination des Turcs est restaurée sur l’ensemble du territoire yéménite. C’est alors que le pouvoir ottoman entreprend des réformes administratives qui durent 14 mois15. Trois documents attestent que les 8 nâhiyes du sanğâq de Taez passeront au nombre de 14. En liaison avec ce changement, un document (puṣûla16) du 23 tešrîn‑i sânî1289/05.12.1873, délivré par le Département financier (Muḥâsebe) du vilâyet du Yémen, présente la nouvelle division administrative, les noms des employés et leurs salaires (F. 320 A, u.a. 101).

  • 17 Kîle : mesure de poids ; la kîle d’Istanbul est égale à 24 215 kg.

15Deux autres documents du 20 nîsân 1288/02.05.1872 concernent une question plus particulière. Ils attestent que 64 531 kîle‑s d’Istanbul17 d’orge et 5 505 kîle‑s d’Istanbul de blé ont été achetés dans quatre qażâ’‑s (arrondissements) de la région de Dobroudja du Nord (actuellement en Roumanie), ceux de Kûstenğe, Meğîdiye, Bâbâ Ṭâġı et Ḫırṣōva, et chargés sur un bateau sous drapeau anglais pour les besoins de l’équipage originaire du Yémen (Yémen mürettebâtı) (F. 320 A, u.a. 135).

16Bien que la lettre du muḥafiẓ d’Alexandrie (Égypte), datée du 16 muḥarrem 1281/20.06.1864, concerne à première vue une question peu importante, elle nous renseigne sur l’existence d’un hôpital nouvellement construit dans le vilâyet du Yémen. Elle nous dit qu’il était apparu nécessaire de faire poser sur la porte de l’hôpital un ressort spécial (ṭafrah). Celui‑ci a été fourni par la Compagnie égyptienne, puis livré à Süleymân âġâ, enfin envoyé au muḥafiẓ de Suez (F. 320 A, u.a. 106).

17Un autre document atteste que la caisse (mâlṣundûq) du Yémen a payé trois mois de salaire, du 1er aġustôs au 31 tešrîn‑i sânî 1287/1871, pour un total de 8 725 ġurûš‑s, au médecin ‛Osmân Nûrî efendi, qui travaillait dans la station de quarantaine à Mokha (F. 320 A, u.a. 107).

xxe siècle

18Un seul document date du début du xxe siècle. Il s’agit des marches et des déplacements des troupes militaires. Une lettre du ser‛asker Riżâ, adressée le 5 rebî‛ es‑sânî 1319/22.07.1901 à la Commission des questions financières, nous renseigne sur les dépenses des armées envoyées par la mer au Hiğâz et au Yémen (NPTA XIX 28/44).

*   *   *

19Dans cette deuxième partie de notre travail, nous avons présenté des documents qui concernent des questions plutôt concrètes et qui, pour mieux en comprendre l’importance, doivent être rattachées à l’histoire du Yémen du xixe siècle. De cette manière on pourra élargir notre connaissance des événements politiques qui ont coloré l’histoire de cette région du monde arabe.

(À suivre)

Haut de page

Notes

1 Cf. Chroniques du manuscrit au Yémen 12 (juillet 2011), http://cmy.revues.org/1916.

2 Sur cette période de l’histoire du Yémen, voir G. M. Udalova. Yemen v period Osmanskogo zavoevaniya 1538‑1635 (Le Yémen dans la période de la conquête ottomane), Moscou, 1988 ; Lightning over Yemen. A History of the Ottoman campaign (1569‑71). Translation from the Arabic of Part III of al‑Barq al‑Yamānī) fī al‑Fath al‑‘Uthmānī by al‑Nahrawālī al‑Makkī as published by Hamad al‑Jasir (Riyadh 1967). Translation with introduction and notes Clife K. Smith, London/New York, 2002.

3 Un aqçe un tiers de pâra, 120 aqçe une piastre (ġurûš).

4 Sur la structure du firmân du point de vue de la diplomatique ottomane, voir B. Nedkov, Osmanoturska diplomatika i paleografiya, P. I. Sofia, 1964 ; M. S. Kütükoğlu, Osmanlı Belgelerinin Dili (Diplomatik), Istanbul, 1994.

5 Un yük vaut 100 000 piastres turques.

6 Le defterdâr est la personne responsable des finances du vilâyet.

7 Le terme de « qâpûğî » désigne des employés ayant diverses fonctions à remplir, soit au sérail même, soit en dehors, pour le service du sultan ; voir T. X. Bianchi et J. D. Kieffer, Dictionnaire Turc‑Français à l’usage des agents diplomatiques et des consulaires des commerçants, des navigateurs et autres voyageurs dans le Levant, t. II, 2e éd., Paris, 1850, p. 439.

8 Caesar E. Farah, The Sultan’s Yemen. Nineteenth‑Century Challenges to Ottoman Rule, Londres/New York, 2002, p. 58.

9 Je reprends ici Caesar E. Farah, ibid., p. IX, où il dit s’être appuyé sur des « documents listed in a special collection entitled ʿYemen Meselesi’ (The Problem of Yemen) ».

10 Le médecin et le chirurgien portent en effet le même nom.

11 Il s’agit probablement de Ṣabrî Muṣṭafâ pâšâ. En 1266/1850, il devient vâlî du Yémen où il meurt en 1267/1851. Voir Sureyya, M. Sicill‑i osmani. vol. 5. Istanbul, 1996, p. 1412.

12 Pour plus de détail sur son activité, voir Caesar E. Farah, op. cit., pp. 47‑48, 53‑57, 59, 61, etc.

13 Ce titre est donné aux pâšâ‑s qui commandent les troupes de leurs pâšâlıq‑s respectifs et qui ont sous leurs ordres d’autres pâšâ‑s commandant les troupes des districts ; le titre est donné aussi au généralissime de toutes les forces militaires de l’empire ; voir T. X. Bianchi et J. D. Kieffer, op. cit., t. I, 2e éd., Paris, 1850, p. 1024.

14 Sur les événements qui ont eu lieu à Kawkabân, voir Caesar E. Farah, op. cit., pp. 87‑90.

15 Voir Caesar E. Farah, op. cit., p. 98.

16 Puṣûla signifie note, certificat, reçu.

17 Kîle : mesure de poids ; la kîle d’Istanbul est égale à 24 215 kg.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : NPTA XIX 21/87 (partie supérieure)
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Ill. 1 : NPTA XIX 21/87 (partie inférieure)
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Ill. 2 : NPTA XVI 1/15 (partie supérieure)
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Ill. 2 : NPTA XVI 1/15 (partie inférieure)
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Ill. 3 : OAK 262/5
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Ill. 4 : F. 320 A, u.a. 211
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Ill. 5 : OAK 209/4
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Ill. 6 : F. 320 A, u.a. 60
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1930/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stoyanka Kenderova, « Les documents sur l’histoire du Yémen à l’époque ottomane conservés à la Bibliothèque nationale de Bulgarie à Sofia, 2e partie », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 27 octobre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://cmy.revues.org/1930 ; DOI : 10.4000/cmy.1930

Haut de page

Auteur

Stoyanka Kenderova

Conservateur en Chef, Bibliothèque nationale de Bulgarie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Chroniques du manuscrit au Yémen

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org