Navigation – Plan du site
Textes

Les procédés de la production monétaire dans le Yémen médiéval

Nouvelle lecture du Kitāb al‑jawharatayn al‑‘atīqatayn d’al‑Hamdānī
Audrey Peli
Traduction(s) :
طُرق انتاج السكة في اليمن الإسلامي الوسيط

Notes de la rédaction

Audrey Peli a soutenu une thèse de doctorat d’histoire à l’université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne sous la direction de Paul Benoit, sous le titre Monnaies, métal et pouvoir. Frappes et techniques monétaires au Yémen (iievie / viiiexiie siècle) en 2008. Elle y présente notamment une nouvelle traduction des passages du Kitāb al‑jawharatayn al‑‘atīqatayn d’al‑Hamdānī concernant les procédés et les étapes de la fabrication monétaire. Le présent article expose sa démarche et certaines des conclusions tirées de son étude. Elle est l’auteur, avec ‘Abd al‑‘Azīz al‑Jandarī, d’un Catalogue des monnaies islamiques du musée national de Sanaa, Sanaa, CEFAS, 2012.

Texte intégral

1Dans l’économie de l’Islam médiéval, basée sur la circulation de masses monétaires d’or et d’argent garanties par leur titre, la fiabilité des devises repose sur le contrôle rigoureux apporté à leur qualité et à leurs propriétés définies par un modèle appelé étalon. Ainsi, quel que soit le titre des dinars et des dirhams défini au préalable, le pouvoir qui les émet doit pouvoir assurer, par la mise en place d’une administration de confiance, la régularité des qualités intrinsèques de la monnaie. Il est donc bien plus important non pas d’atteindre des titres très élevés mais plutôt de conserver de manière constante le titre défini.

  • 1  E. J. Keall, « A few facts about Zabid », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 19 (1989 (...)

2Dans le cas du Yémen médiéval, les techniques employées dans la production monétaire restent largement méconnues. Aucun atelier monétaire yéménite n’a pu faire l’objet de fouilles archéologiques, à l’exception d’une structure liée à la métallurgie du cuivre qu’E. J. Keall a découverte à Zabīd1. Afin de reconstituer les étapes de fabrication de la monnaie, nous devons donc nous tourner vers des traités techniques consacrés à l’ensemble des chaînes opératoires visant à l’élaboration de dinars et de dirhams et vers les ouvrages de chimie et d’alchimie dont certaines recettes viennent compléter nos connaissances en matière de métallurgie.

  • 2  Sur les métaux précieux, de telles expérimentations archéo‑métallurgiques sont notamment menées à (...)

3Pour mener une enquête exhaustive, il faudrait, à partir de ces différents traités, pouvoir reconstituer les méthodes de fonte, d’affinage et de frappe décrites par les auteurs. Mais en l’absence de moyens financiers importants pour pouvoir mener à bien une telle entreprise et de compétences suffisantes en matière de métallurgie, il nous est apparu plus prudent de proposer tout d’abord une première lecture de ces œuvres, confrontées à certaines expérimentations qui ont déjà été menées sur des sujets proches dans le cadre de l’Europe chrétienne médiévale, afin d’apporter un nouveau regard sur les techniques métallurgiques du monde arabe2.

Contenu du Kitāb al‑jawharatayn al‑‘atīqatayn

  • 3  Outre le traité présenté dans la suite de l’article, il s’agit de :
    Kitāb kašf al‑asrār al‑ʽilmi (...)
  • 4  C. Toll, « Minting technique According to Arabic Literary Sources », Orientalia suecana, 19‑20 (19 (...)
  • 5  al‑Hamdānī, Die beiden Edelmetalle Gold und Silber, éd. et trad. C. Toll, Uppsala, Almqvist & Wiks (...)
  • 6  Il en est question au f°46v° (al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 167).
  • 7  Il le mentionne à deux reprises : ibid., p. 148 (f°37) et 183 (f°54v°).

4Dans l’ensemble du monde islamique, quatre traités connus à ce jour, composés entre le ive/xe et le xie/xviie siècle, fournissent une vue extrêmement détaillée des opérations effectuées dans les ateliers monétaires3. Parmi eux, le Kitāb al‑Jawharatayn al‑ʽatīqatayn, a tout particulièrement retenu notre attention. Composé dans la première moitié du ive/xe siècle par le polygraphe yéménite al‑Hamdānī, il est le plus ancien de ces ouvrages4. Conservé dans des copies tardives assez corrompues, le livre a fait l’objet de deux éditions, d’abord par Christopher Toll puis par Yūsuf M. ‘Abd Allāh, qui n’ont pas levé toutes les obscurités du texte5. Bien que n’appartenant pas au métier, al‑Hamdānī tire ses informations de métallurgistes chevronnés, tels qu’al‑Ḫāliṣ Ibn al‑Muʽṭī6, l’oncle de son père, et Abū Ismāʽīl Ibrāhīm, maître essayeur à Ṣanʽā’ et Ṣaʽda7.

  • 8  Al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 77‑96 (chapitres I‑III soit f°1v°‑f°11).
  • 9  Il insiste plus particulièrement sur les mines du Yémen. Cf. D. M. Dunlop « Sources of gold and si (...)
  • 10  Al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 127‑129 soit f°26v°‑27v°et p. 186‑189 soit f°56‑57v°.
  • 11  Ibid., p. 129‑134 soit f°27v°‑30).
  • 12  Ibid., p. 186‑189 soit f°56‑57v°).
  • 13  Sur le site de Jabalī : P. Benoit, J. Feraud, F. Micheau et F. Téreygeol, « Nouvelles recherches s (...)

5Cet ouvrage est marqué par une grande érudition et son auteur a pour but avoué de traiter son sujet dans toute son ampleur. Il commence tout d’abord par citer les versets coraniques et les poèmes qui ont trait aux deux métaux précieux. Puis, il expose l’étymologie des termes arabes appliqués à l’or et à l’argent et leurs correspondances astrologiques avec les planètes et le zodiaque8. Il décrit ensuite la formation des gisements aurifères et argentifères et cite les différentes mines connues dans la péninsule Arabique9. S’ensuivent plusieurs chapitres qui, depuis la mine, nous conduisent à appréhender toutes les techniques du métal aboutissant à la frappe monétaire en passant par la fonte et l’affinage des métaux. Al‑Hamdānī aborde le travail minier dans deux chapitres distincts, consacrés à l’extraction, pour l’un, du minerai aurifère et, pour l’autre, du minerai argentifère10. Selon lui, l’or est constitué de particules de taille variable, allant de la pépite aux paillettes, qu’on récolte au moyen du mercure. Quant au minerai argentifère, les mineurs parviennent à le trouver en cherchant des traces semblables à l’antimoine en poudre (kuḥl al‑iṯmīd). Les techniques d’enrichissement du minerai ainsi que les machines et instruments employés à cette fin sont décrits avec force détail. L’or est amalgamé au mercure, puis fondu sous forme de lingots11, tandis que le minerai argentifère, une fois dégagé de sa gangue minérale, est réduit sous forme de poudre puis fondu12. La comparaison entre le texte d’al‑Hamdānī et les données archéologiques tirées du site minier d’al‑Raḍrāḍ/Jabalī – tout particulièrement des zones d’extraction, d’enrichissement et de fonte du minerai – promet d’enrichir nos connaissances de la métallurgie extractive13.

Des techniques héritées de l’Antiquité

6L’érudition et la précision de son propos en font le premier traité complet de métallurgie depuis les premiers ouvrages grecs, latins et arabes qui traitent des opérations métallurgiques. En effet, alors que les ouvrages plus anciens se contentaient de donner des indications parfois très vagues sur les techniques d’affinage ou de fonte, al‑Hamdānī décrit pour la première fois l’ensemble des étapes qui conduisent de la mine à la monnaie en détaillant parfois très précisément la chaîne opératoire.

7L’étude que nous avons menée a montré que les techniques d’affinage qu’il décrit sont tout à fait similaires, du moins dans leur principe, à celles qui sont utilisées durant la période antique, chez les Grecs et les Romains, et dans l’Occident médiéval, à ceci près que certaines substances qu’il préconise diffèrent des recettes connues dans ces régions. Il s’inscrit ainsi dans la continuité de la tradition antique. À la même époque, les hommes de l’Occident médiéval pratiquent des techniques d’affinage rigoureusement identiques à celles qu’il illustre.

Comprendre le Kitāb al‑jawharatayn al‑‘atīqatayn : l’exemple de la coupellation

Fig. 1 La coupell...Fig. 1 La coupellation d’affinage d’après al‑Hamdānī (schéma A. Peli)

Fig. 1 La coupellation d’affinage d’après al‑Hamdānī (schéma A. Peli)

  • 14  La coupellation consiste à isoler l’argent au contact d’une coupelle de cendres (voir fig. 1).
  • 15  Al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 190 (f°58). La cémentation consiste à mettre en contact l’allia (...)
  • 16  Ibid., p. 194 (f°60).

8Signalons toutefois que la compréhension de cet ouvrage est parfois rendue difficile par l’emploi d’un vocabulaire technique extrêmement précis et spécialisé. L’auteur use, souvent sans aucune pitié pour son lecteur, d’un jargon technique, dont certains termes sont issus du persan ou du grec. Absents des dictionnaires, ils demeurent intraduisibles en dehors de tout contexte. Par ailleurs, il semble, d’après la description qu’al‑Hamdānī donne de certaines opérations, qu’il n’en ait pas entièrement compris le déroulement, faute d’avoir eu une connaissance directe des processus qu’il décrit. Cette compréhension parfois limitée des principes et des buts des opérations transparaît bien souvent dans ses explications, dont certaines sont parfaitement incompréhensibles. Certaines précisions manquent et il nous a souvent fallu éclairer le propos de l’auteur par d’autres textes connus ou en nous fondant sur les connaissances en métallurgie actuelle et les expérimentations archéo‑métallurgiques. Ainsi en est‑il de sa description de la coupellation, largement contradictoire14. Elle constitue en effet, d’après al‑Hamdānī, la méthode d’affinage de l’argent employée par les Yéménites, tandis que le reste du monde islamique affine, selon lui, par cémentation15. Cette assertion est tout à fait discutable, dans la mesure où la coupellation est une opération métallurgique connue depuis l’Antiquité et particulièrement répandue à l’époque où écrit al‑Hamdānī. Il se contredit d’ailleurs en affirmant un peu plus loin que les Égyptiens sont les meilleurs affineurs par coupellation16. Sa description de l’opération de coupellation s’inscrit en réalité totalement dans les usages techniques médiévaux hérités de l’Antiquité qui consistent en l’oxydation du plomb et du cuivre absorbés par l’utilisation d’une cendrée [fig. 1].

  • 17  De Re Metallica, traduction de l’édition originale latine de 1556 par A. France‑Lanord, Thionville (...)

9L’originalité d’al‑Hamdānī au sujet de la coupellation est d’offrir la première description complète de l’opération, en revenant sur les conditions de réussite de la coupellation, sur sa mise en œuvre, sur le processus qui la régit et sur les signes distinctifs qui prouvent qu’elle a réussi ou qu’elle est incomplète. Il initie ainsi une longue tradition de description minutieuse de la coupellation dont nous retrouvons l’équivalent, en Europe, chez Agricola (milieu du xvie siècle)17.

Haut de page

Notes

1  E. J. Keall, « A few facts about Zabid », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 19 (1989), p. 66. Le niveau de cendres contenant des fragments de fours et de creusets date, d’après le matériel archéologique des ivevie/xexiie siècles. À partir de comparaisons avec le site de Banbhore (Pakistan) et d’analyses mettant en évidence la fusion du cuivre, E. J. Keall a proposé de voir dans ces fragments de fours les artefacts d’une production de flans de cuivre. Cependant, aucun objet de ce type n’a été découvert sur le site ni aucun outil permettant d’affirmer qu’il s’agit d’un atelier monétaire. Les fouilles de Zabīd sont, par ailleurs, le seul cas dans l’ensemble de la littérature archéologique sur le Yémen islamique qui mentionne un tel atelier.

2  Sur les métaux précieux, de telles expérimentations archéo‑métallurgiques sont notamment menées à la plateforme de Melle (Deux‑Sèvres) où, en 2008, une opération de coupellation à grande échelle a été conduite. Bien d’autres opérations métallurgiques anciennes sont expérimentées comme la fonte de minerai argentifère, la dorure au mercure et la fonte de monnaies de bronze. Son initiateur, F. Téreygeol (CNRS), a soutenu sa thèse sur ce site qui était, à l’époque carolingienne, la principale source de minerai argentifère du royaume ainsi que le centre de frappe monétaire (F. Téreygeol, Les mines d’argent carolingiennes de Melle, Thèse de doctorat sous la direction de P. Benoit, Université de Paris 1 Panthéon‑Sorbonne, 2001). Par ailleurs, d’importantes expérimentations de cémentation ont été menées dans le cadre des recherches conduites autour du site archéologique de Sardis (Turquie) (voir les deux contributions de P. T. Craddock, « Replication experiments and the chemistry of gold refining » et d’A. E. Geckinli et alii, « Examination of the Sardis gold and replication experiments », dans King Croesus’ gold, excavations at Sardis and the history of gold refining, A. Ramage & P. T. Craddock (éd.), Londres, British Museum Press, 2000, p. 175‑183 et 184‑199. Elles ont permis de mettre en lumière le rôle essentiel du battage des tôles. Enfin, N. Thomas (INRAP) a mené des expérimentations en collaboration avec F. Téreygeol sur la cémentation de l’or (N. Thomas, M. F. Guerra & V. Virgili, « L’épreuve du feu : l’affinage des métaux précieux par cémentation de l’Antiquité au Moyen Âge », poster présenté au colloque « Archéometrie 2005 » (19‑22 avril 2005, Saclay), ainsi que sur la coupellation d’essai (F. Téreygeol et N. Thomas, « La coupellation des alliages cuivre‑argent : approche expérimentale de l’essai d’argent par voie sèche », Revue d’archéométrie 27 (2003), p. 171‑181, expérimentation de coupellation en four à moufle).

3  Outre le traité présenté dans la suite de l’article, il s’agit de :
Kitāb kašf al‑asrār al‑ʽilmiyya bi‑dār al‑arb al‑miriyya de Manṣūr b. Baʽra al‑Ḏahabī al‑Kāmilī, consacré à la description de l’atelier monétaire du Caire au VIIe/XIIIe siècle (éd. Fahmī, Le Caire, 1966) ;
Kitāb al‑dawa al‑muštabika fī awābi dār al‑sikka de ʽAlī b. Yūsuf al‑Ḥākim al‑Kūmī, écrit sous le règne du seizième sultan mérinide Abū Fāris ʽAbd al‑ʽAzīz (768‑774/1366‑1372) (éd. Ḥ. Mu‘nis, Madrid, Regimen de la casa de la moneda / Le Caire, Dār al‑Šurūq, 1960) ;
Kitāb al‑adāf al‑munfaḍḍa fī ʽilm anʽat al‑dīnār wa’l‑fiḍḍa, composé par Abū’l‑ʽAbbās Aḥmad al‑Jaznā’ī à l’usage de l’administrateur de l’Hôtel des Monnaies de Marrakech ; l’auteur, plus connu sous le nom de Ḥamdūn, a vécu à l’époque du sultan saʽdien du Maroc Abū’l‑ʽAbbās Aḥmad al‑Manṣūr al‑Ḏahabī (986‑1012/1578‑1603) (éd. par K. Ben Romdhane dans Mélanges Professeur Robert Mantran, études réunies et présentées par Abdeljelil Temini, 1988, Zaghouan, p. 29‑72).

4  C. Toll, « Minting technique According to Arabic Literary Sources », Orientalia suecana, 19‑20 (1970‑71), p. 129‑131.

5  al‑Hamdānī, Die beiden Edelmetalle Gold und Silber, éd. et trad. C. Toll, Uppsala, Almqvist & Wiksells, 1968, et al‑Hamdānī, Kitāb al‑jawharatayn al‑‘atīqatayn al‑mā’iʽatayn min al‑afrā’ wa’l‑bayā’, éd. Y. M. ʽAbd Allāh, Ṣanʽā, Maktabat al‑Iršād, 2003. Nous avons utilisé l’édition faite par Yūsuf ʽAbd Allāh, qui repose toutefois largement sur le travail de Toll. Nous tenons à remercier ici l’aide précieuse et généreuse de Mimoun Nouri (Paris X) pour l’étude de ce texte. Nous avons également bénéficié des traductions partielles effectuées par Khaled Ben Romdhane pour sa thèse de doctorat (K. Ben Romdhane, Contribution à l’Histoire monétaire du Maghreb médiéval : Monnaies de l’Ifriqiya de la conquête arabe à la chute des Hafsides (fin du ier‑ milieu du xe s. H./viie – milieu du xvie s.), thèse de doctorat d’État inédite sous la direction de L. Kalus, Université de Paris IV, 1997, 5 vol. ).

6  Il en est question au f°46v° (al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 167).

7  Il le mentionne à deux reprises : ibid., p. 148 (f°37) et 183 (f°54v°).

8  Al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 77‑96 (chapitres I‑III soit f°1v°‑f°11).

9  Il insiste plus particulièrement sur les mines du Yémen. Cf. D. M. Dunlop « Sources of gold and silver in Islam according to al‑Hamdānī », Studia Islamica, 8 (1957), p. 29‑49, et A. Peli, « Les mines de la péninsule Arabique d’après les auteurs arabes, viiexiie siècle », Chroniques yéménites 13 (2006), p. 29‑57.

10  Al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 127‑129 soit f°26v°‑27v°et p. 186‑189 soit f°56‑57v°.

11  Ibid., p. 129‑134 soit f°27v°‑30).

12  Ibid., p. 186‑189 soit f°56‑57v°).

13  Sur le site de Jabalī : P. Benoit, J. Feraud, F. Micheau et F. Téreygeol, « Nouvelles recherches sur la mine d’al‑Jabalī », Chroniques yéménites, 11 (2003), p. 47‑66 ; A. Peli & F. Téreygeol, « Al‑Raḍrāḍ (al‑Jabalī): a Yemeni silver mine, first results of the French mission (2006) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 37 (2007), p. 187‑200. Pour une traduction des chapitres qu’al‑Hamdānī consacre aux techniques extractives, voir K. Ben Romdhane « Exploitation des métaux précieux au Maghreb médiéval : l’apport des sources écrites », dans A. Canto Garcia & P. Cressier (dir.), Minas et metalurgia en al‑Andalus y Magreb occidental, Explotacion y poblamiento, Madrid, Casa de Velasquez, 2008, p. 10‑11 (Collection de la Casa de Velasquez vol. 12).

14  La coupellation consiste à isoler l’argent au contact d’une coupelle de cendres (voir fig. 1).

15  Al‑Jawharatayn, éd. ʽAbd Allāh, p. 190 (f°58). La cémentation consiste à mettre en contact l’alliage avec un cément en le chauffant pour en extraire l’argent.

16  Ibid., p. 194 (f°60).

17  De Re Metallica, traduction de l’édition originale latine de 1556 par A. France‑Lanord, Thionville, G. Klopp, 1987.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 La coupellation d’affinage d’après al‑Hamdānī (schéma A. Peli)
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/1949/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Peli, « Les procédés de la production monétaire dans le Yémen médiéval », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 16 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://cmy.revues.org/1949 ; DOI : 10.4000/cmy.1949

Haut de page

Droits d’auteur

Chroniques du manuscrit au Yémen

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org