Navigation – Plan du site
Textes

Georges S. Colin au Yémen en 1929

Marie-Geneviève Guesdon
Traduction(s) :
جورج سيرافان كولان في اليمن عام 1929

Texte intégral

  • 1 Philippe Marçais, « G.‑S. Colin », Arabica, XXIV, 1977, p. 227‑232.

1Le nom de Georges‑Séraphin Colin est resté particulièrement attaché à la dialectologie et la lexicographie de l’arabe marocain1. Il poursuivit cependant une carrière diplomatique hors cadre qui l’amena en 1929 à effectuer une brève mission au Yémen.

Un enseignant et un diplomate

  • 2 Ta’rīḫ al‑dawla al‑sa‘diyya = Chronique anonyme de la dynastie saadienne. Texte arabe publié avec i (...)
  • 3 Tuhfat al‑ahbāb fî māhiyat al‑nabāt wa‑al‑a’šāb : glossaire de la matière médicale marocaine. Texte (...)

2G. S. Colin est né le 4 janvier 1893 et décédé le 24 janvier 1977. À la fin de la première guerre mondiale, il fut nommé élève drogman et détaché comme pensionnaire à l’Institut français d’archéologie orientale au Caire. Il rejoignit le Maroc en 1921, comme adjoint au chef de la section sociologique de Tanger, puis directeur d’études à l’Institut des Hautes Études Marocaines de Rabat en 1926, poste qu’il occupa jusqu’en 1958. Nommé en 1927 à l’école des Langues orientales pour enseigner l’arabe du Maghreb, il y succéda à William Marçais, nommé au Collège de France, jusqu’à son départ en retraite en 1963. Son Dictionnaire de l’arabe marocain a fait l’objet d’une double édition au Maroc et en France, plusieurs années après sa mort. G. S. Colin a aussi édité plusieurs textes médiévaux de l’occident musulman, comme par exemple la Chronique historique de la dynastie saadienne2, ou encore un Glossaire de la matière médicale marocaine3. Sa carrière diplomatique se déroula parallèlement à ses activités pédagogiques et scientifiques : drogman en 1925, premier drogman en 1930, consul en 1938, conseiller d’Orient, premier conseiller d’Orient en 1946, puis Consul général en 1952. Elle l’amena à accomplir en 1929 une brève mission au Yémen, dont il rapporta de nombreuses notes dialectologiques et lexicographiques, ainsi que deux manuscrits arabes. Ces documents ont été donnés à la Bibliothèque nationale de France (BnF) par son épouse en 1981, parmi d’autres qui sont bien évidemment surtout relatifs à l’Occident musulman et plus particulièrement au Maroc.

La mission au Yémen (10–22 décembre 1929)

3Les papiers de Georges S. Colin ont reçu la cote « Papiers d’orientalistes 75 ». Le volume XV, intitulé ‘Voyages’, comprend un dossier (n° 49) contenant le double carboné d’un ‘Compte‑rendu d’une mission au Yémen’, document dactylographié de 19 pages transmis au Ministre de la marine, et ses annexes. Cette mission fut effectuée avec Robert Montagne (1893–1954), alors capitaine de corvette, qui exerça lui aussi à l’Institut des Hautes Études marocaines et fut un spécialiste des langues et sociétés du Maroc, arabes et berbères. Elle les conduisit sur les côtes de la mer Rouge à bord de l’aviso ‘Montmirail’. G. S. Colin est qualifié d’« Officier de réserve, de l’interprétariat et du chiffre », ainsi que de « professeur à l’école des Langues orientales ». R. Montagne et G. S. Colin débarquèrent à El‑Hudayda le 10 décembre 1929. Ils y furent informés du fait que l’imam Yahya, roi du Yémen, désireux de conclure avec la France un traité d’amitié et de commerce, les invitait à lui rendre visite à Sanaa. Ils se mirent en route le 12 décembre pour arriver le 17. La date de fin de la mission n’est pas précisée, mais c’est probablement le 22 décembre ou peu après puisque R. Montagne et G. S. Colin écrivent : « Il [l’Imam] nous fit remettre avant notre départ une lettre adressée à M. le Président de la République exprimant ses sentiments et ses désirs » et que cette lettre est datée du 22 décembre 1929.

4Leur rapport se compose de deux parties : A. Séjour à Hodeida ‑ visite de Sana’a ‑ réception par le roi du Yémen (p. 1‑4) ; B. Notes diverses recueillies au cours de notre tournée au Yémen : I. Difficultés d’enquête ; II. Situation générale du Yémen ; III. L’État yéménite ; IV. La situation politique ; V. Propositions de traité avec la France (p. 5‑37).

5Entre les f. 19 et 20 sont insérées huit annexes :

  • I. Les fils de l’imam : liste et fonctions occupées par ses 13 fils (1 p.) ;

  • II. Mohammed Ragheb Bey : un ancien gouverneur turc qui joue le rôle d’intermédiaire entre l’imam et les Européens (2 p.) ;

  • III. Le traité de commerce italo‑yéménite : traduction d’un texte arabe (3 p.) ;

  • IV. Itinéraire de Hodeida à Sanaa : les 10 étapes effectuées par G. S. Colin et R. Montagne en cinq jours à dos de mule (1 p.) ;

  • V. Monnaies yéménites ;

    • 4 « Al‑Wāsi‘ī (‘Abd al‑Wāsi‘ b. Yaḥyā) », Al‑mawsū‘a al‑yamaniyya, Sanaa, Mu’assasat al‑‘Afīf al‑ṯaqā (...)
    • 5 L’ouvrage intitulé Ta’rīḫ al‑Yaman ou Furǧat al‑humūm wa‑al‑ḥuzn fī ḥawādit wa‑ta’rīḫ al‑Yaman, a (...)

    VI. La politique : le contenu de cette annexe de 4 pages est une traduction partielle d’un ouvrage intitulé Ta’rīḫ al‑Yaman dont G. S. Colin et R. Montagne n’ont pas pu rencontrer l’auteur, ‘Abd al‑Wāsi‘ ibn Yahyā al‑Wāsi‘ī (1295/1878–1379/19604), qui, selon eux, se trouvait en mission en Abyssinie pour y rechercher des armes5 ;

  • VII. Traité entre le Yémen et la république des Soviets ;

  • VIII. Analyse et extrait d’un article sur le Yémen d’Al‑rābiṭa al‑ Šarqiyya du 15 octobre 1929 au sujet de la politique de l’Imam à l’égard des Soviets (4 p.).

6G. S. Colin et R. Montagne concluent leur rapport sur de possibles perspectives de relations commerciales, concernant l’achat d’armes et de munitions, la remise en activité des salines de Salif, mais considèrent difficile d’encourager l’organisation d’une mission scientifique : ils relèvent une incapacité à poursuivre des enquêtes linguistiques ou sociologiques et de mener à bien des fouilles. Observant l’activité de l’Italie et de l’Angleterre dans le sud de la mer Rouge, « grande artère de la circulation maritime internationale », ils suggèrent l’utilisation de la colonie de Djibouti pour jouer un rôle dans le pays.

  • 6 « Rāġib (Muḥammad Rāġib) », Al‑mawsū‘a al‑yamaniyya, op. cit., t. 2, p. 1372‑1373.
  • 7 G. S. Colin, « Notes de dialectologie arabe. II. Technologie de la batellerie du Nil », Bulletin de (...)
  • 8 Bulletin de l’IFAO, XVIII (1922), p. 201.

7Le volume XV contient aussi un dossier de 164 feuillets (n° 54) contenant des documents relatifs au Yémen. Certains concernent directement la mission : la transcription d’une lettre de l’Imam au président de la République Paul Doumergue, datée du 21 raǧab 1348/22 décembre 1929 et sa traduction (f. 62‑66), des correspondances : une lettre à la délégation (f. 67), une autre de Mohammed Ragheb Bey (m. 1378/1958)6 à R. Montagne du 12 avril 1931 (f. 1). Mais la plus grande partie du dossier est composée de notes concernant le vocabulaire et la dialectologie. G. S. Colin a mis à profit cette mission pour rencontrer des informateurs de diverses régions du Yémen. Une note évoque « trois principales catégories de parlers, qui correspondent aux grandes divisions géographico-sociologiques du pays » (f. 17). Des notes assez détaillées concernent le parler des El‑’Emran, tribu de bédouins vivant au S. E. d’El Agaba, dont la localisation précise est définie par un renvoi noté ainsi : « sur laquelle cf. Musil, Northern Hegaz, p. 79 ». Le nom de l’informateur est transcrit (f. 54). Un carnet à spirale comprend de nombreuses notes concernant le vocabulaire de la batellerie, sujet auquel G. S. Colin s’était déjà intéressé lors de son séjour à l’IFAO et sur lequel il avait réalisé en 1920–1921 une enquête sur les deux principaux quais du Caire, complétée plus tard par des observations sur les termes employés au Maroc7. On comprend que G. S. Colin ait saisi l’occasion de cette mission pour consacrer à ce sujet le peu de temps dont il disposait sur les bords de la mer Rouge puisqu’il précisait dans le Bulletin de l’IFAO : « En disant que les Arabes n’ont jamais été de grands mariniers, nous avons exclusivement en vue les Arabes du Nord, ceux de la conquête ; il semble bien, en effet, que, dès une époque très reculée, les Yamanites, les Hadramites et les Omanites aient pratiqué activement la navigation côtière »8. Le dossier contient aussi une liste de fonctionnaires, à El‑Hudayda, et c’est logiquement dans cette ville côtière qu’il a pu recueillir le plus d’informations sur le parler local. Les f. 124‑164 contiennent des indications sur le parler des Muzayna, aux confins du Nejd et du Hegaz.

8S’il n’y a pas de mentions d’autres étapes du voyage, des photographies montrent que les informations relatives à la terminologie nautique de Djeddah ont été recueillies dans cette ville, autre escale du Montmirail.

9Quelques clichés pris lors de ce voyage en mer Rouge se trouvent en effet dans les papiers laissés par G. S. Colin :

  • 25 sont conservés dans un dossier relié, nommé « Photos II », regroupées sous l’intitulé : « Hodeydah, Djibouti, Djeddah, Massawa (Érythrée) ». Tous se rattachent au thème de la batellerie : photographies de mâts, de voilures, d’embarcations, chargées ou non, sur quelques‑unes desquelles on voit G. S. Colin.

  • 3 des villes de Djeddah et Sanaa, prises en extérieur, se trouvent dans un dossier nommé « Photos III », non relié.

Deux manuscrits du Yémen

10Le séjour de G. S. Colin au Yémen a également été pour lui l’occasion d’acquérir deux manuscrits arabes.

Le ms. BnF Arabe 7016

  • 9 On trouvera une description détaillée de ce manuscrit et de l’ensemble de ceux qui ont appartenu à (...)

11L’un d’eux, coté aujourd’hui Arabe 70169, a été acheté pour la somme de 60 francs (f. 171). C’est un recueil de pièces de différentes mains copiées au xixe siècle. L’écriture comprend des traits caractéristiques du Yémen : les dāl et les ṭā’ sont sous‑ponctués. Il contient des ouvrages grammaticaux :

  • un commentaire du traité de syntaxe et de flexion intitulé Qaṭr al‑nadā wa‑ball al‑ṣadā, par son auteur ʿAbd Allāh Ibn Hišām al‑Anṣārī copié en 1227/1812, revu en 1276/1859‑1860 (f. 4‑77v) ;

  • un ouvrage grammatical en vers, Mulḥat al‑iʿrāb wa‑subḥat al‑ādāb par al‑Qāsim ibn ʿAlī al‑Ḥarīrī, copié en 1243/1827 (f. 78v‑88) ;

  • la très répandue Muqaddima al‑Āğurrūmiyya ou Āğurrūmiyya fī ʿilm al‑ʿarabiyya de Muḥammad Ibn Āğurrūm al‑Ṣanḥāğī copiée en 1264/1848 (f. 91‑109) et son complément par Muḥammad ibn Muḥammad al‑Ruʿaynī, achevé en 1268/1852 (f. 111‑146) ;

  • un commentaire grammatical de la Muʿallaqa d’Imruʾ al‑Qays par Aḥmad al‑Naḥḥās al‑Naḥwī (f. 163v‑169v).

  • On y trouve aussi des ouvrages traitant d’astronomie et du calendrier :

  • un poème intitulé Urğūza fī maʿrifat ṣūrat al‑manāzil al‑ṯamān wa‑al‑ʿišrīn, par ʿAbd Allāh ibn Asʿad al‑Yāfiʿī (f. 148‑151) ;

    • 10 Outre les indications portées dans les notices du catalogue en ligne de la BnF, voir : « Al‑Dawwārī (...)

    Bulġat al‑muqtāt fī maʿrifat al‑awqāt de ʿAbd Allāh ibn Ḥamza al‑Dawwārī copié du vivant de l’auteur, décédé en 1269/185210 (f. 153‑161v) ;

  • un poème de Našwān al‑Ḥimyārī sur les mois de l’année, intitulé Urğūza fī al‑šuhūr al‑rūmiyya (162‑162v). Ce manuscrit contient de nombreuses marginalia : notes, prières, mentions de naissances, marques de possession et de transmission, datées de 1852 à 1925. Sa reliure de cuir brun à recouvrement, avec décor de mandorles et fleurons, a fait l’objet de restaurations grossières.

Le ms. BnF Arabe 7084

  • 11 En ce qui concerne l’identification des auteurs et l’intérêt de ce recueil de poèmes, voir J. Dufou (...)
  • 12 Sur le papier utilisé pour la copie, voir Anne Regourd, « The Paper Trade on the Red Sea (19th c.‑f (...)

12Le second manuscrit, Arabe 7084, est un recueil de poèmes d’auteurs divers intitulé Safīna mağmūʿa min ʿiddat šuʿarā’11. Il est accompagné de deux feuillets de notes de la main de G. S. Colin, l’une indiquant qu’il l’a comparé au manuscrit de la BnF Arabe 3421 qui contient des « poésies yéménites vulgarisantes », l’autre fournissant une référence bibliographique sur les muwaššaḥs du Yémen. La copie de 359 feuillets a été faite au xxe siècle au Yémen12. Elle se présente sous forme de safîna : le dos, auquel l’écriture est parallèle, correspond au plus petit côté des feuillets de 245 x 180 mm. Les ornements (titres, séparateurs d’hémistiches, mise en valeur des réclames) ont été tracés à l’encre violette. La demi‑reliure comprend un dos plat de cuir brun et des plats de carton recouverts de toile grise. D’après une note au f. 1, ce manuscrit fut acheté à Sanaa en décembre 1929 pour 18 riyals ou 216 francs. La brièveté du séjour de G. S. Colin dans cette ville rend peu probable le fait qu’il ait été copié à sa demande, mais on observe qu’il ne contient pas de marques de transmission.

13Si le rapport de mission n’est qu’un double carboné d’un document dont l’original est probablement conservé aux archives du ministère de la Défense avec des documents qui en éclairent le contexte politique, les manuscrits et les dossiers linguistiques datés précisément paraissent d’un grand intérêt. Il ne semble pas que G. S. Colin ait exploité le matériau qu’ils contiennent dans ses publications.

Haut de page

Notes

1 Philippe Marçais, « G.‑S. Colin », Arabica, XXIV, 1977, p. 227‑232.

2 Ta’rīḫ al‑dawla al‑sa‘diyya = Chronique anonyme de la dynastie saadienne. Texte arabe publié avec introd. et index par Georges S. Colin, Rabat, 1934.

3 Tuhfat al‑ahbāb fî māhiyat al‑nabāt wa‑al‑a’šāb : glossaire de la matière médicale marocaine. Texte publié pour la première fois avec traduction, notes critiques et index par H. P. J. Renaud et G. S. Colin, Paris, 1934.

4 « Al‑Wāsi‘ī (‘Abd al‑Wāsi‘ b. Yaḥyā) », Al‑mawsū‘a al‑yamaniyya, Sanaa, Mu’assasat al‑‘Afīf al‑ṯaqāfiyya, 1423/2003, t. 4, p. 3112.

5 L’ouvrage intitulé Ta’rīḫ al‑Yaman ou Furǧat al‑humūm wa‑al‑ḥuzn fī ḥawādit wa‑ta’rīḫ al‑Yaman, a été publié au Caire en 1346/1927 ou 1928.

6 « Rāġib (Muḥammad Rāġib) », Al‑mawsū‘a al‑yamaniyya, op. cit., t. 2, p. 1372‑1373.

7 G. S. Colin, « Notes de dialectologie arabe. II. Technologie de la batellerie du Nil », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, XVII (1921), p. 45‑87, XVIII (1922), p. 199‑225.

8 Bulletin de l’IFAO, XVIII (1922), p. 201.

9 On trouvera une description détaillée de ce manuscrit et de l’ensemble de ceux qui ont appartenu à G. S. Colin, ainsi que les informations bio‑bibliographiques relatives, dans le catalogue en ligne BnF Archives et Manuscrits.

10 Outre les indications portées dans les notices du catalogue en ligne de la BnF, voir : « Al‑Dawwārī (ʿAbd Allāh b. Ḥamza) », Al‑mawsū‘a al‑yamaniyya, op. cit., t. 2, p. 1320.

11 En ce qui concerne l’identification des auteurs et l’intérêt de ce recueil de poèmes, voir J. Dufour, « La safīna de Colin : une source importante pour l’histoire de la poésie ḥumaynī », dans ce même numéro des Chroniques du manuscrit au Yémen, les CMY 15.

12 Sur le papier utilisé pour la copie, voir Anne Regourd, « The Paper Trade on the Red Sea (19th c.‑first half of the 20th c.): ‘local’ vs. Italian paper. The case of an ‘Ottoman’ watermarked paper used in Yemen and in Ethiopia », à paraître dans: Festschrift in Honour of Professor Iraj Afshar, Londres, Fondation al‑Furqān.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le ms. BnF Arabe 7084
URL http://cmy.revues.org/docannexe/image/2004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Geneviève Guesdon, « Georges S. Colin au Yémen en 1929 », Chroniques du manuscrit au Yémen [En ligne], 15 | 2013, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cmy.revues.org/2004 ; DOI : 10.4000/cmy.2004

Haut de page

Auteur

Marie-Geneviève Guesdon

Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Chroniques du manuscrit au Yémen

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Revues.org